La sélection Instagram #137

17 avril 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #137

 Vous êtes en manque d’inspiration ? Découvrez les comptes Instagram qui nous ont tapé dans l’œil cette semaine.   

@mwyio____

Bienvenue dans le terrain de jeux de ce ou cette photographe inconnu(e). Depuis plus d’un mois, @mwyio partage ses clichés colorés de bord de mer. Un compte prometteur qui associe aux images, quelques mots printaniers.

© mwyio____ / instagram© mwyio____ / instagram

 © mwyio____ / Instagram

@leandrocolantoni

Le photographe italien Leandro Colantoni nous emporte dans un univers pastel. Ses clichés océaniques rappellent la langueur paisible de l’été. Un compte minimaliste qui évoque les vacances.

© Leandro Colantoni / Instagram© Leandro Colantoni / Instagram

© Leandro Colantoni / Instagram

@ajschokora

Adam, directeur artistique d’une agence dédiée à la culture, aime particulièrement jouer avec les ombres et les reflets. Quand il ne détourne pas les lignes, il compose des images mystérieuses.

© A J S C H O K O R A / Instagram© A J S C H O K O R A / Instagram

© A J S C H O K O R A / Instagram

@tonyinseattle

« Rien n’est réel » peut-on lire en guise d’épigraphe. Tony Nahra donne le ton. Peinture, rêve ou réalité ? Ce photographe brouille les frontières et dessine des lieux surréalistes. « Les lieux que je crée n’existent pas, mais le pourraient puisque le monde est un endroit bien étrange ».
© Tony Nahra / Instagram© Tony Nahra / Instagram

© Tony Nahra / Instagram

@jakie_chann

C’est dans un monde mystérieux que nous emmène Jake Hostetter. Ce réalisateur, venu de Los Angeles, y présente des clichés sombres et embrumés. Paysages urbains ou nature profonde, une chose est certaine, ses images titillent notre imagination.

© Jake Hostetter / Instagram© Jake Hostetter / Instagram

© Jake Hostetter / Instagram

@hugomartinezt

Hugo Martínez fait partie de ces Instagrameurs énigmatiques dont on ne sait que peu de choses. Du portrait au paysage, ses photographies invitent à l’errance. Un ensemble poétique.

© Hugo Martínez / Instagram

© Hugo Martínez / Instagram

@thomas.taugher

Réalisateur, Thomas Taugher pense ses photographies comme des films. Chaque détail semble réfléchi, et chaque image raconte une histoire. En déambulant sur son compte, on découvre un univers maîtrisé, sublimé par des rayons de lumières tamisées. Une belle découverte.

© Thomas Taugher / Instagram

© Thomas Taugher / Instagram

Explorez
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Les détournements colorés de Clairéjo
© Clairéjo, « Cœur fendu »
Les détournements colorés de Clairéjo
Depuis près de deux ans, Claire Brault et Jeohan Bonillo conjuguent photographie et broderie en redonnant une âme à des clichés oubliés....
11 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ? © Elena Helfrecht
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
10 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas