L’amour d’une mère résiste aux catastrophes naturelles

18 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’amour d’une mère résiste aux catastrophes naturelles

Dans The bushfire, the flood and the virus, la photographe Lisa Sorgini documente son quotidien, bouleversé par une succession de catastrophes naturelles, en Australie. Avec une sensibilité picturale, elle aborde les notions de liens familiaux, d’anxiété, et de désarroi.

Novembre 2020. En Australie de l’Est, les feux de forêt se multiplient et brûlent de larges territoires de la Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria – jusqu’à 5,3 millions d’hectares, soit environ 7% de l’État. Les conséquences sont désastreuses : pertes humaines, parcs nationaux détruits, espèces animales malmenées… Un mois plus tard, des torrents d’eau se déversent et ces territoires, jusqu’alors arides, se retrouvent inondés. Peu de temps après, l’épidémie de la Covid-19 atteint le pays. Une chaîne de catastrophes, surnommée le « Black Summer » qui plonge l’Australie dans une anxiété collective palpable. « En tant que mère de famille cela m’a plongé dans un état persistant de panique. L’équilibre entre l’envie de partager le désespoir des autres, tout en restant positive pour mes enfants n’avait jamais été aussi difficile à maintenir », confie Lisa Sorgini.

Pour l’artiste visuelle australienne, la photographie est un outil cathartique permettant, de manière souvent abstraite et non linéaire, de percevoir sa place dans le monde. Inspirée par les relations entre mère et enfant, la notion de communauté et les constructions sociétales, elle développe des séries profondément intimes, où règnent calme et compassion. « Ayant grandi au sein d’une famille dysfonctionnelle, et après avoir perdu ma mère, suite aux complications d’un cancer, quelques mois avant la naissance de mon premier enfant, j’ai l’impression que ma propre histoire m’a rendue plus sensible à l’amour profond qui existe en parallèle des traumatismes générationnels », explique-t-elle.

© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini

La dualité entre l’ombre et la lumière

Bouleversée par la déferlante du Black Summer, Lisa Sorgini s’est réfugiée dans la création pour échapper aux doutes, à la peur quotidienne. De ce besoin de se rassurer nait The bushfire, the flood and the virus. Une œuvre picturale révélant un Éden sacré, un havre de paix au cœur d’un monde sombrant dans le chaos. Tel un conte – l’énumération du titre de la série évoque d’ailleurs les fables enfantines – la série immerge le regardeur dans un territoire aux tons chauds, à la beauté surnaturelle. Un espace fantasmé, contrastant avec la réalité cruelle. « J’ai toujours été sensible à la dualité entre l’ombre et la lumière. Si dès l’enfance, on nous encourage à être optimistes, cette focalisation sur la légèreté peut parfois nous empêcher d’accepter le fait que la part sombre doit aussi exister. Ces symboles d’innocence sont très présents dans mon œuvre, mais j’entends les montrer dans un contexte plus funèbre », confie l’artiste.

Dans les images de l’artiste, les clairs-obscurs et palettes de couleurs chaudes donnent au réel une dimension dramatique, les étendues d’eau laissées par les inondations dialoguent avec les baignades en famille. Les maisons de bois penchent dangereusement et témoignent de la fragilité de l’existence – et de la planète. Pourtant, les fleurs, paysages luxuriants et cris de joie insouciants dominent. Une dichotomie que l’on se plaît à analyser au gré des promenades en pleine nature de l’artiste et ses enfants. « J’apprécie beaucoup la lumière des peintures de la renaissance. Lorsque j’étais jeune, ma grand-mère exposait chez elle des œuvres terrifiantes, où des monstres étaient éclairés par des lueurs splendides. Je pense que ces scènes m’ont beaucoup affectée. En tant que photographe, j’aime aujourd’hui représentés des sujets difficiles d’une manière éthérée », raconte-t-elle. Et, au fil du projet, ses hantises surgissent, çà et là, éclipsées, pourtant, par une sensation tout autre : celle d’un cocon, protégeant, avec amour, ses enfants. « J’étais tellement obnubilée par leur bien-être que ces éléments sont apparus naturellement – des évidences de mon besoin de les préserver des événements actuels », conclut-elle.

© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini
© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini
© Lisa Sorgini© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini

© Lisa Sorgini

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti