L’art de la performance

30 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’art de la performance

Ina Jang, artiste visuelle d’origine coréenne, construit, à l’aide de morceaux de papier son Radiator Theatre. Une série ludique et abstraite mêlant performance, peinture et photographie. 

« Les premiers rayons du soleil se posent juste au-dessus de mon radiateur, dans mon studio new-yorkais. J’observe ces lumières depuis une dizaine d’années maintenant. Lorsque j’ai commencé à peindre, j’ai pris l’habitude de laisser les restes des matériaux découpés à cet endroit. Ce dernier a fini par devenir un décor, baignant dans cette lueur matinale »,

raconte Ina Jang. Ces bouts de papier, laissés à l’abandon sont finalement devenus les protagonistes de son Radiator Theatre, une série plastique à la croisée des arts. Pour cette artiste visuelle, mélanger les médiums est naturel. Une pratique lui permettant de renouveler sa créativité.

« Mais la photographie a toujours représenté mon “chez moi”. Je chéri sa dimension ludique. C’est un langage auquel j’ai recours pour souligner certains détails. Il est à la fois immédiat et discret, ouvert aux autres, et intime », précise-t-elle. Dans un monde où la diffusion des images ne cesse de croître, l’artiste prend le temps de réaliser ses constructions, refusant de s’en remettre au numérique, et érige des petites saynètes abstraites aux couleurs pastel. Des décors éphémères figés par son objectif.

© Ina Jang© Ina Jang

Une liberté séduisante

Se fiant à son instinct, Ina Jang travaille, de jour seulement, peignant et découpant les papiers, sculptant les formes sans faire de croquis. Une fois la scène érigée, elle la déplace au sol, alors que le soleil suit son chemin et éclaire le reste de la pièce. « Je shoote généralement avec la lumière naturelle, et je termine la séance en sueur, précise-t-elle, l’effort physique que cette série nécessite me rappelle celui d’une performance. » La photographe devient alors la metteuse en scène d’un théâtre surréaliste aux acteurs sans visage. Pourtant, les courbes des figures lui évoquent parfois des corps. Celui d’une femme dansant dans la nature, ou d’un homme se tenant, solennel, au milieu d’un champ.

Car on découvre, dans cette série créative, une liberté séduisante. Une certaine mixité, invitant les couleurs, les matières et les médiums à fusionner. Cette dimension, l’artiste la retrouve dans la pratique des langues vivantes. Elle-même polyglotte, Ina Jang observe dans le mélange de plusieurs langues une poésie semblable à celle de l’art. Un assemblage linguistique mêlant le formel et l’inventif, semblable à ses œuvres hybrides, empruntant à l’image et à la peinture. Un goût pour le mélange des genres évoquant les envolées cubistes de Picasso brouillant savamment les pistes entre le tangible et l’imaginaire, et les créations géométriques et colorées de Miró et Calder, d’une extrême délicatesse.

© Ina Jang© Ina Jang
© Ina Jang© Ina Jang

© Ina Jang

© Ina Jang© Ina Jang
© Ina Jang© Ina Jang

© Ina Jang

Explorez
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
© Borey Sok / Studio Beige
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
Sous le soleil écrasant de Marrakech ou dans le singulier quartier de Beaugrenelle à Paris, le nouveau-né de Motorola – le edge50 pro –...
10 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas