Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht

Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ? © Elena Helfrecht
La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ? © Elena Helfrecht

Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur les œuvres et les sujets qui les inspirent particulièrement. Aujourd’hui, Elena Helfrecht nous plonge dans son univers nourri de son histoire familiale, de rituels féminins et de traditions bavaroises. Son premier ouvrage, Plexus, vient de paraître aux éditions Void.

Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?

Cela change toujours, mais en ce moment c’est « Allvater », de ma série Unternächte, car c’est la dernière image que j’ai prise de mon grand-père avant qu’il ne décède.

La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ?

« Le Baiser » de Joel-Peter Witkin. Je l’ai découverte à un moment difficile de ma vie et elle représente beaucoup de choses pour moi : l’amour, la mort, le cycle éternel…

Un shooting rêvé ?

Mon partenaire, mais il est incroyablement timide devant les objectifs. Peut-être un jour !

Un shooting rêvé ? © Elena Helfrecht
Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ? © Elena Helfrecht
Une émotion à illustrer ? © Elena Helfrecht
Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ? © Elena Helfrecht

Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?

La photographe tchèque Teri Varhol.

Une émotion à illustrer ?

Le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on se regarde trop longtemps dans le miroir et que tout vacille, se déforme, et que l’on ne peut pas comprendre que l’on est en fait un être vivant, qui respire.

Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?

Eh bien, ce n’est pas strictement photographique, mais le body art et Annegret Soltau.

Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ? © Elena Helfrecht
Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ? © Elena Helfrecht
Void Éditions
104 pages
45 €

Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ?

La cité fictive de R’lyeh ou alors celle de Cornwall Coombe.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ?

La vie et la mort, et tout ce qui se trouve entre les deux. J’aime particulièrement la diversité dans la photographie.

Un événement artistique que tu n’oublieras jamais ?

Schwarze Romantik. Von Goya bis Max Ernst, qui a eu lieu au Städel Museum de Frankfurt, en 2012-2013.

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?

Il est incroyablement difficile de se limiter à une seule œuvre. Mais comme il a récemment refait surface dans ma vie, je dirais le court-métrage La Chute de la maison Usher (1980) de Jan Švankmajer.

Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Elena Helfrecht
Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ? © Elena Helfrecht
À lire aussi
Elena Helfrecht : quand les forces tumultueuses surgissent de la nuit
© Elena Helfrecht
Elena Helfrecht : quand les forces tumultueuses surgissent de la nuit
Dans Unternächte, Elena Helfrecht illustre les douze nuits auxquelles certaines coutumes allemandes accordent une importance…
11 octobre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Elena Helfrecht : lorsqu’un simple rêve présage une mort certaine
© Elena Helfrecht
Dans l’œil d’Elena Helfrecht : lorsqu’un simple rêve présage une mort certaine
Aujourd’hui, plongée dans l’œil d’Elena Helfrecht, à l’origine de la série Unternächte. Dans ce projet au long court, dont nous parlions…
13 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas