Le désir de chute, ou l’ivresse du danger

30 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le désir de chute, ou l’ivresse du danger

Exposée à Circulation(s), Anne-Sophie Auclerc capture, avec Il est déconseillé de se baigner dans un lac lors d’un orage, les sauts à l’élastique d’inconnus. Une expérience ludique, évoquant, selon elle, notre désir – presque obsessionnel – d’abandon. Rencontre en vidéo avec l’artiste.

Visages en extase, pupilles dilatées, bouches béantes… Dans Il est déconseillé de se baigner dans un lac lors d’un orage, série de la photographe Anne-Sophie Auclerc présentée au festival Circulation(s), le corps humain devient l’allégorie de l’abandon. Dialoguant avec des natures mortes et autres images abstraites, il n’est plus qu’une enveloppe renfermant l’âme, qui tente par tous les moyens de se sentir exister. Diplômée des arts graphiques et de photographie, l’artiste française de 28 ans développe, depuis quelques années, une approche à la fois documentaire et expérimentale, interrogeant, à travers des projets savamment édités, les éclats de vie, les nuances qui composent l’Homme. « Le contexte de mes images n’est souvent pas évident. J’aime cette confrontation, qui pousse chacun à développer ses propres narrations », précise-t-elle.

Flirter avec la mort

Shootés à l’arrivée d’un saut à l’élastique – une chute libre de 180 mètres de haut – les modèles d’Anne-Sophie Auclerc se laissent happer par l’adrénaline. Ailleurs, extasiés par leur expérience, ils dévoilent, face à son objectif, les marques corporelles d’une aventure marquante. Inspirée par le « désir de chute » de l’écrivain Milan Kundera, « la voix du vide au-dessous de nous, qui nous attire », la photographe fait de ce saut une métaphore de notre fascination pour le danger. Une ivresse qui survient lorsque l’on flirte avec la mort. « J’ai moi-même failli me noyer dans un lac lors d’un orage, confie-t-elle. Ce moment où j’y suis entrée est né d’un besoin d’intensité, de me sentir pleinement incarnée et vivante. » Et, en capturant ces personnages, la photographe parvient, d’une certaine manière, à nouer des liens entre des inconnus, à mettre en lumière une sensation étrange, presque inavouable, et pourtant ressentie par tous. Imprimées sur un papier brillant, et placées au contact du sol, les images de la série incarnent ce désir de glissement vers le périlleux, cette attraction pour l’exaltation. Un travail métaphysique illustrant une lubie universelle.

 

Le Festival Circulation(s) est accessible jusqu’au 2 mai 2021 de manière numérique

© Lucas Hauchard

© Anne-Sophie Auclerc© Anne-Sophie Auclerc
© Anne-Sophie Auclerc© Anne-Sophie Auclerc
© Anne-Sophie Auclerc© Anne-Sophie Auclerc

© Anne-Sophie Auclerc

Explorez
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet