Le quotidien sublime d’Anna Schneider

15 juin 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
Le quotidien sublime d'Anna Schneider

Anna Schneider, 27 ans,  est une jeune photographe basée en Californie, aux États-Unis. Obsédée par l’image, son quotidien lui est une source d’inspiration intarissable. Une jeune artiste qu’il faut garder à l’oeil. 

Les road-trips, la lumière rasante de fin de journée, les amis, les petits villages de campagne, la nature ou encore la musique… Pour Anna Schneider, tout est prétexte à la photographie. Elle pratique ce médium depuis son adolescence. À ses 13 ans, elle se rend au MoMA et découvre la rétrospective de Lee Friedlander. C’est un déclic. “En parcourant l’exposition, j’ai réellement compris la vraie valeur de la photographie, dans sa forme artistique.” Depuis, son appareil photo ne la quitte presque jamais. «  Je capture la vie comme je la trouve », et même au volant : « Parfois, lorsque je repère un bel endroit à photographier et que je suis en voiture, je note les coordonnées GPS, car je sais que j’y retournerai. » Sa curiosité est sans limite, et ses images organisées  pêle-mêle en témoignent.

Dans son approche photographique, l’esthétique prime sur le thème : « Je suis moins préoccupée par ce que je photographie que par la façon dont la lumière et la composition transforment le sujet ». La façon dont la lumière du matin illumine un verre vide posé sur la table, l’asymétrie du désordre ou bien l’union d’une personne au paysage…  Anna est attirée par « les moments intermédiaires ».  Pour elle, la photographie est une façon de documenter et « d’élever le quotidien, de dépasser l’instant futileCe que j’aime le plus dans la photographie, c’est qu’elle révèle ce qui est banal pour le rendre beau. » 

© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider

© Anna Schneider

© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider
© Anna Schneider

© Anna Schneider

Images par © Anna Schneider

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •