L’enfance en trois temps

27 août 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’enfance en trois temps

Dans Le temps des grenadines, un ouvrage rassemblant quinze années de travail, le photographe Dan Aucante s’intéresse à l’enfance et au temps qui passe. Un projet sensible et symbolique.

Photographe français de 59 ans, Dan Aucante s’est tourné tardivement vers le 8e art, en entrant dans l’école de photographie Speos à 33 ans. En alternant commissions – projets socioculturels, spectacles de danse, ou encore portraits d’artistes pour la presse – et travaux personnels, l’artiste vit de ses créations. « Mes séries intimes sont plus vastes et traitent de thèmes existentiels. Elles forment un ensemble posé, artistique », commente l’auteur, qui aime réaliser des travaux au long cours, et laisser le temps à ses créations d’évoluer à leur rythme.

Le temps des grenadines, entamé en 2004, représente le projet le plus long de la carrière de Dan Aucante. Un récit intime et profondément personnel, mettant en scène ses deux fils, aujourd’hui âgés de 12 et 20 ans. « Il s’agit d’un travail sur l’enfance, mais aussi du temps qui passe, précise l’artiste. Mes séries commencent souvent par des jeux de hasard. J’utilisais à l’époque un boîtier Holga et j’ai commencé à photographier mon premier fils. Très rapidement, j’ai construit une série, de manière à organiser une exposition et un projet éditorial autour de ce sujet. » Quinze années condensées en une cinquantaine d’images, alternant onirisme et réalisme avec adresse.

Jeux, légèreté et nostalgie

Passé, présent et futur dialoguent au cœur de l’ouvrage. Un échange entre le père-photographe et ses enfants. Construit de manière chronologique et thématique, Le temps des grenadines dresse un portrait poétique de l’enfance, entre jeux, légèreté et nostalgie. « Le passé me représente. La présence humaine y est moins importante, et laisse place aux paysages, aux objets, aux silhouettes… Mes fils sont de plus en plus présents au fil du livre, jusqu’au dernier chapitre, traitant du futur, qui illustre le passage à l’adolescence », confie le photographe. Une histoire familiale rythmée par une complicité certaine. Les jeunes modèles échangent avec leur père, participant à la mise en scène de ces instants enfantins. « On espère toujours que le fruit du hasard va modifier les paramètres espérés », précise l’auteur, qui applaudit la créativité de ses garçons.

Dans un grain argentique et un noir et blanc intemporel, les images de Dan Aucante deviennent des métaphores, évoquant des souvenirs précis comme des idées universelles. On y retrouve la sorcière, symbole d’une peur irrationnelle, méchante des contes de notre jeunesse, mais aussi une girouette aux allures de danseuse, un déguisement de fantôme, et quelques masques. « Ces derniers représentent un transfert d’identité. À travers eux, j’habite le corps de mes enfants, et eux, le mien », explique le photographe. Des objets permettant de voyager entre plusieurs époques. Mystérieux, ils évoquent également le passage du temps, les rides se creusant sur un visage et, bien sûr, l’amour enfantin des déguisements. Un symbole puissant, apparaissant dès la couverture de l’ouvrage comme un totem à conserver précieusement.

 

Le temps des grenadines, éditions Bergger, 40 €, 96 p. 

© Dan Aucante / Agence Révélateur© Dan Aucante / Agence Révélateur
© Dan Aucante / Agence Révélateur© Dan Aucante / Agence Révélateur

© Dan Aucante / Agence Révélateur

© Dan Aucante / Agence Révélateur© Dan Aucante / Agence Révélateur
© Dan Aucante / Agence Révélateur© Dan Aucante / Agence Révélateur

© Dan Aucante / Agence Révélateur

© Dan Aucante / Agence Révélateur

Explorez
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina