L’équipe de Fisheye partage ses coups de coeur : Josef Ball

23 décembre 2021   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L’équipe de Fisheye partage ses coups de coeur : Josef Ball

Découverte récente, coup de foudre artistique, ou même artiste phare… Dans chaque numéro, différents membres de l’équipe Fisheye prennent la parole et partagent leur obsession photographique du moment. Lumière aujourd’hui sur Josef Ball, choisi par Téo Di Gesualdo, directeur de production.

J’aime le mystère qui accompagne cette photo, on ne peut s’expliquer comment elle a été réalisée. Je la regarde et je m’interroge : où s’est placé l’auteur ? Est-ce que l’image a été transformée ? Le parapentiste a-t-il réellement volé au même moment ? Décrypter la photo devient une énigme dont la solution n’est pas une fin en soi. Parce que ce qui compte, c’est de contempler l’image et de laisser travailler son imagination. Tout ce que le photographe décide de ne pas montrer sublime ce qu’il met en lumière. Baladez-vous sur le compte Instagram de Josef Ball, vous trouverez un ensemble de jeu de lignes et de textures. Une manière de regarder la nature à travers un regard très graphique. Ses compositions aussi inspirées qu’inspirantes trouvent leur origine au contact de la montagne et de ce qui la compose. Chez lui, les cimes enneigées se transforment en sculptures singulières, les couches de minéraux en nappes étincelantes. D’un coup, on perçoit différemment des fragments de paysages familiers à tous les randonneurs. J’ai toujours ressenti le besoin d’être en contact avec la nature. J’aime flâner, respirer, toucher ce que l’on y trouve. J’aime m’y retrouver seul pour recréer un environnement paisible. Tout cela, je le retrouve dans les compositions de Josef Ball. Le tumulte. Le calme. Des images silencieuses qu’il brouille par un effet de bruit numérique. Une forme de cacophonie imperturbable.Cet article est à retrouver dans Fisheye #50, disponible ici© Joseph Ball

© Joseph Ball

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas