L’équipe Fisheye partage ses coups de cœur : Neil Krug

03 novembre 2022   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L'équipe Fisheye partage ses coups de cœur : Neil Krug

Découverte récente, coup de foudre artistique, ou même artiste phare… Dans chaque numéro, différents membres de l’équipe Fisheye prennent la parole et partagent leur obsession photographique du moment. Lumière aujourd’hui sur Neil Krug, choisi par Solal Caby, ancien graphiste stagiaire.

J’ai toujours été captivé par les paysages et les créatures oniriques qu’imaginent certains artistes tels que Mœbius. Leurs illustrations de scènes venues d’ailleurs composent des univers riches dont on s’approprie l’histoire et la mythologie, et nourrissent notre imagination. Le photographe Neil Krug s’inscrit manifestement dans cette lignée avec sa série Phantom: Stage One dont est tirée cette photo évoquant une forme de mysticisme.

La scène se déroule dans un décor minéral, dans l’atmosphère corrosive d’un astre où la vie semble impossible. Ici déambule une femme solitaire d’où rayonne une lumière qui brouille ses traits. Sa présence dans un lieu inhospitalier semble relever d’un miracle en lui donnant un caractère divin. Elle règne en gardienne dans ce décor inerte aux airs de sanctuaire mystique, projetant sa lueur sur ce paysage aride qu’elle foule d’un pas délicat, léger, hésitant. Les points de lumière apparaissent comme des sources d’énergie, symboles de vitalité et de spiritualité chez cet être qui montre par sa nudité une forme d’innocence et de vulnérabilité. Est-elle ici de son plein gré ou condamnée à errer pour l’éternité ? L’atmosphère psychédélique qui nimbe sur cette image lui donne un aspect insaisissable et conduit à une forme de fascination pour cet univers qu’on ne fait qu’effleurer.

© Neil Krug

© Neil Krug

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill