Les compositions sereines d’Eduard Sánchez Ribot

16 septembre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les compositions sereines d’Eduard Sánchez Ribot

« Tout a commencé il y a presque dix ans de cela. À l’époque, nous avions décidé, avec quelques amis, de créer un magazine de culture et de loisirs en ligne. Prenant le support pour prétexte, nous sommes allés à Lille, le temps d’un week-end, pour y voir Moderat en concert. Nous voulions prendre des photos du groupe sur scène, mais ce n’est jamais arrivé. La sécurité ne nous a pas laissés entrer avec le boîtier. Alors j’ai décidé de le rentabiliser en immortalisant notre voyage. Mais je ne m’étais encore jamais servi d’un réflex auparavant », nous confie Eduard Sánchez Ribot avec humour. De cette expérience aussi inattendue qu’intuitive, le photographe catalan a trouvé une vocation. Collaborant aujourd’hui avec de nombreuses marques qui lui ressemblent, il utilise le 8e art comme un médium susceptible d’apporter les réponses à sa quête d’identité permanente. « En vérité, composer mes images me confère une certaine sérénité. Je suis toujours enclin à créer des tableaux ordonnés, sans trop de chaos, explique-t-il. J’imagine que cela fait partie de ma personne et correspond à ma manière d’appréhender l’existence. » Malgré une configuration étudiée, l’artiste espagnol accorde pourtant une place importante au hasard d’un tremblement imprévu ou d’une lumière vacillante. Ses clichés nimbés de soleil témoignent de la fragile profondeur de ses pensées vagabondes.

© Eduard Sánchez Ribot

 

© Eduard Sánchez Ribot

 

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

 

© Eduard Sánchez Ribot

 

© Eduard Sánchez Ribot

© Eduard Sánchez Ribot

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina