Les coups de cœur #270

06 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #270

Paolo Battistel et Anaïs S., nos coups de cœur #270, aiment tous deux expérimenter avec le médium photographique. Des univers complémentaires, entre poésie et abstraction.

Paolo Battistel

Photographe de 26 ans, né à Paris, Paolo Battistel a étudié le 8e art aux Gobelins. « Avant de me tourner vers ce médium, je m’intéressais à la musique, au cinéma, à la peinture… J’ai dessiné beaucoup de graffitis dans les rues de Paris », ajoute-t-il. À l’université – où il a étudié l’histoire de l’art et l’archéologie – le jeune homme s’est intéressé à ce que représentait réellement une image. « J’ai vite compris que beaucoup d’historiens prenaient quelques libertés lorsqu’ils analysaient une œuvre, précise-t-il. J’étais fascinée par les multiples interprétations d’un même visuel. Cela a beaucoup influencé ma pratique de la photographie. » Privilégiant une approche réfléchie, contrôlée, l’artiste ne sort jamais avec son boîtier, dans l’espoir de capturer l’inattendu. « Je réalise un portrait comme je shoote une nature morte : je mets en valeur les formes et la lumière, tout en privilégiant une composition subtile et une certaine élégance », confie-t-il. Expérimentant avec la couleur comme le monochrome, l’auteur brouille les frontières entre réalisme et abstraction, créant ainsi un univers fascinant, aussi intemporel qu’hypnotique.

© Paolo Battistel© Paolo Battistel

© Paolo Battistel

© Paolo Battistel© Paolo Battistel

© Paolo Battistel

Anaïs S.

« Mon approche de la photographie est assez ouverte et expérimentale. Je m’amuse à varier les outils de prise de vue – numérique, argentique, photogramme, jetable, smartphone… – afin de déplacer mon regard. La façon dont le boîtier modifie nos perceptions m’intéresse beaucoup et alimente ma réflexion »,

confie Anaïs S., 19 ans. Étudiante en classes préparatoires artistiques, la jeune femme a découvert le 8e art durant son enfance, et s’y est rapidement attachée. « Vers mes quinze ans, c’était devenu une pratique quasi quotidienne. J’ai commencé par l’autoportrait, puis mon champ d’exploration s’est ouvert à d’autres situations », précise-t-elle. Inspiré par l’œuvre de la photographe américaine Sally Mann et son propre environnement, l’artiste aime redécouvrir les lieux qui l’entourent et réenchanter le quotidien. « Pour moi, capturer la rue, c’est observer pour mieux se laisser surprendre par des détails incongrus, des fragments, des reflets… J’aime beaucoup l’instantanéité, l’idée de prolonger un moment fugace », explique-t-elle. Un ensemble poétique aux accents nostalgiques.

© Anaïs S.

© Anaïs S.

© Anaïs S.© Anaïs S.

© Anaïs S.

© Anaïs S.

Image d’ouverture : © Paolo Battistel

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas