Les coups de cœur #294

22 juin 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #294

Vincent Fillon et Ashkan Noroozkhani réalisent tous deux des portraits à leur manière. L’un capture le quartier City One à Hong Kong, et l’autre raconte l’histoire des femmes iraniennes. Voici nos coups de cœur #294.

Vincent Fillon

« Tout commence avec un lieu, que ce soit une forêt, un appartement, une cour d’immeuble, ou une ville. La narration se construit à partir de l’espace et celui-ci donnera la forme du récit »,

déclare Vincent Fillon. Diplômé de l’École nationale supérieure Louis Lumière, le photographe capture, depuis près de quinze ans, l’architecture. C’est à Hong Kong, dans la ville de Shatin, qu’il réalise City One. « Ce quartier est en développement constant, imposant et démesuré : 52 tours de logement quasi identiques qui accueillent près de 40 000 habitants », précise-t-il. Que signifie ce nom étrange ? City One est-elle une ville modèle ? Un havre de paix ? Les couleurs pastel des gratte-ciel se mélangent, dans la série de Vincent Fillon, et soulignent l’incroyable densité de l’île, due aux contraintes topographiques. Dans cet univers géométrique et étrangement surréaliste, le photographe interroge : que représente vraiment cet espace singulier ? « Passé le choc des premiers jours, City One laisse un souvenir ambigu, une ville vertigineuse et sereine, étourdissante et calme, effrayante et apaisante, dense et vide », conclut-il.

© Vincent Fillon© Vincent Fillon

© Vincent Fillon

© Vincent Fillon© Vincent Fillon

© Vincent Fillon

Ashkan Noroozkhani

Né à Téhéran en 1984, Ashkan Noroozkhani a découvert la photographie à 20 ans, au sein de l’Association des jeunes Réalisateurs. Aujourd’hui, sa pratique est inspirée par « le rapport entre l’homme et l’espace – qui peut prendre une forme historique ou sociale – et l’action de tourner l’appareil vers l’angle mort », explique-t-il. Sa série Grey est née suite à une rencontre avec Vida Hajebi, écrivaine et activiste iranienne. « Elle était pour moi la représentante de toute une génération de femmes avant-gardistes », précise l’auteur. Son projet grandit alors, au fil de ses échanges avec ses modèles. Une série de portraits riches et passionnants. « Historiquement, il s’agit d’un moyen puissant d’éterniser la mémoire des figures importantes d’un peuple, les bien-aimés d’une famille… Le portrait photographique sait capturer les facettes psychologiques et sociales de son sujet », ajoute l’artiste. Avec délicatesse, ce dernier peint l’évolution de la place des femmes et leur chemin vers l’émancipation en Iran.

© Ashkan Noroozkhani© Ashkan Noroozkhani
© Ashkan Noroozkhani© Ashkan Noroozkhani

© Ashkan Noroozkhani

Image d’ouverture : © Vincent Fillon

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet