Les coups de cœur #309

05 octobre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #309

C’est le monde de la scène qui inspire Fanchon Bilbille et Romane Iskaria, nos coups de cœur #309. La première capture la théâtralité de son quotidien, et la seconde fait des rues de Naples un décor tamisé.

Fanchon Bilbille

« Mon père dirigeait un théâtre : le théâtre Mouffetard, qui était également un centre social. C’était la première Maison pour Tous de France. Elle proposait des activités en journée, devenait un théâtre le soir et se transformait en dortoir pour les sans-abri du quartier la nuit. C’était entre 1948 et 1976. J’ai grandi baignée dans cette atmosphère de performance, de création, de lutte, d’engagement social et d’éducation populaire »,

raconte Fanchon Bilbille. Comédienne et photographe, l’artiste capture la théâtralité du quotidien. Puisant dans ses souvenirs d’enfance, elle passe sans cesse de part et d’autre du rideau rouge, et photographie le décor et son envers. « Chaque situation, chaque humain, chaque chose possède sa propre poésie. Son costume et sa peau. Sa couleur ou son noir et blanc. Son grain ou son voile. Mon témoignage est une photo », poursuit-elle. Inspirée par le musicien Tom Waits, le photographe Robert Frank, la chorégraphe Pina Bausch ou encore le poète Christophe Tarkos, Fanchon Bilbille met en lumière les bizarreries du monde, avec un œil bienveillant.

© Fanchon Bilbille

© Fanchon Bilbille© Fanchon Bilbille

© Fanchon Bilbille© Fanchon Bilbille

© Fanchon Bilbille

Romane Iskaria

Romane Iskaria, 23 ans, s’est tournée vers la photographie à l’adolescence, après avoir acheté son tout premier boîtier. « Ma passion s’est ensuite accentuée lorsque mon père est parti vivre au Brésil, il y a une dizaine d’années. J’ai eu la chance de pouvoir y voyager tous les ans. J’y construisais des projets photographiques autour de communautés vivant dans des lieux empreints d’une histoire forte », explique-t-elle. Pour la photographe, le 8e art est une « constante recherche de moments suspendus ». Une analyse personnelle et intime d’un lieu. La série Sceneggiata est née à Naples, durant un workshop réalisé avec l’école de la Cambre de Bruxelles. « Au cours de mes déambulations, j’ai été guidée par ces moments de calme au détour de certaines ruelles, qui contrastaient avec le bouillonnement de la ville italienne », confie-t-elle. À l’ombre des rues, les fenêtres, murs et portes deviennent des éléments d’un décor théâtral. Illuminées par les rayons tamisés du soleil, les scènes jouent avec notre perception du réel. « J’ai toujours été attirée par le monde de la scène. Ces moments me faisaient penser à l’instant qui précède un spectacle, avant l’entrée des artistes », précise-t-elle.

© Romane Iskaria© Romane Iskaria
© Romane Iskaria© Romane Iskaria
© Romane Iskaria© Romane Iskaria

© Romane Iskaria

Image d’ouverture : © Fanchon Bilbille

Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Laia Abril expose les violences faites aux femmes
On Abortion, Obstetric violence © Laia Abril
Laia Abril expose les violences faites aux femmes
A History of Misogyny – trilogie ambitieuse signée Laia Abril – révèle un portrait complexe et glaçant des violences sociétales faites...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Œuvres de fiction : la séance de rattrapage Focus !
© Henri Kisielewski
Œuvres de fiction : la séance de rattrapage Focus !
L’été et les vacances qui l’accompagnent s’imposent bien souvent comme un moment propice pour se laisser porter par des œuvres de...
24 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le rôle d’une vie : la Collection Lambert célèbre la galerie gb agency
© Elina Brotherus
Le rôle d’une vie : la Collection Lambert célèbre la galerie gb agency
Après la fermeture de la galerie gb agency en 2023, la Collection Lambert à Avignon entend rendre hommage à cette institution novatrice...
24 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine