Les coups de cœur #317

30 novembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #317

Nos coups de cœur #317, Maxime Michelet et Christophe Bouillet s’intéressent au territoire. L’un met en lumière son lien avec l’humain, tandis que l’autre réalise une archéologie de l’espace.

Maxime Michelet

« Mon approche photographique s’ancre dans et autour de la solitude. Le médium constitue pour moi un lieu de recueillement, au cœur d’un sentiment d’abandon. Mon regard se porte donc sur les objets, les personnes et les environnements qui exhalent cette même émotion »,

raconte Maxime Michelet, jeune auteur originaire du sud-ouest de la France. C’est en Espagne, il y a sept ans, qu’il découvre le 8e art, en capturant à l’aide d’appareils jetables ses errances dans les rues de Madrid. Depuis, il réalise des projets inspirés par « la communauté LGBTQ+ et les inégalités sociospatiales en milieu urbain ». Véritable conte visuel, Rayane au Sud-Ouest retrace le parcours d’un jeune homme à la masculinité atypique dans la région française. « L’idée de ce projet provient d’un désir de raconter ma terre natale, en opposant les forces brutes de celle-ci à la délicatesse de ce voyageur », explique Maxime Michelet. En suivant son modèle, le photographe raconte « la précaire intégration sociale et territoriale que fut la [s]ienne, en grandissant dans un espace rude, qui laisse peu de place aux masculinités marginales ».

© Maxime Michelet© Maxime Michelet

© Maxime Michelet

© Maxime Michelet© Maxime Michelet

© Maxime Michelet

© Maxime Michelet

Christophe Bouillet

Photographe amateur, Christophe Bouillet réalise une prise de vue par jour, qu’il publie sur Instagram en format carré. « Nombre de résultats sont le fruit du hasard. Cette somme générant quelques erreurs, je ne conserve que les plus abouties », confie-t-il. Passionné par les retouches et les cadrages, l’auteur se définit comme « un graphiste qui recherche les lignes, les volumes, les couleurs, qui photographie ce qu’il aimerait dessiner ». De manière spontanée, il raconte, grâce à ses « Polaroïds numériques », ses promenades urbaines, ses souvenirs intimes. Dans les images de l’artiste, pas de portraits, mais des suggestions géométriques. « Je ne photographie pas d’humains, mais j’utilise leurs ombres et leurs reflets pour les capturer malgré tout. Sans le montrer, le corps est déformé et gagne en abstraction. Sa masse devient un volume différent », explique-t-il. Au cœur de cet univers étrange, l’auteur devient archéologue, et met en lumière des détails enfouis, des moments oubliés. Des éclats de vie, recouverts par la rouille du temps.

© Christophe Bouillet© Christophe Bouillet
© Christophe Bouillet© Christophe Bouillet
© Christophe Bouillet© Christophe Bouillet

© Christophe Bouillet

Image d’ouverture : © Maxime Michelet

Explorez
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet