Les coups de cœur #339

03 mai 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #339

Dans des mises en scène pastel ou monochromes, Joséphine Van Glabeke et Louka Perderizet, nos coups de cœur #339, captent l’intime. L’une fige ses errances quotidiennes, tandis que l’autre documente sa transition.

Joséphine Van Glabeke

« J’aime photographier des corps, des silences… Ce sont des sujets qui reviennent beaucoup dans mes séries : le rapport au territoire, à l’espace personnel. J’essaye de recréer des univers rêvés, imaginés, de m’approcher d’une certaine poétique de l’intime »,

confie Joséphine Van Glabeke. Inspirée par l’œuvre de Sally Mann et son rapport émouvant à la famille, la photographe « décompose la ville, les paysages pour n’en capter qu’un fragment ». Adepte de l’argentique, elle retrouve dans cette pratique un rapport tactile, qui lui évoque notamment les peintures de Degas et le flou des corps qu’il dépeignait. « J’aime créer des couches de matière dans la composition, questionner le regard, instaurer du mouvement dans la fixité de l’image par des temps de pose longs, privilégier le net sur l’arrière-plan, pour qu’il ne soit plus seulement un cadre, mais un sujet, et donc une intrigue », précise-t-elle. Dans ses images, les thématiques de l’absence, de l’errance se dessinent et distillent une douce mélancolie. Balades solitaires dans les rues d’une ville inconnue, bâtiments en ruine, lits défaits chargés de souvenirs… Avec tendresse – et un grain prononcé – Joséphine Van Glabeke capture un univers aussi nostalgique que familier.

© Joséphine Van Glabeke© Joséphine Van Glabeke

© Joséphine Van Glabeke

© Joséphine Van Glabeke© Joséphine Van Glabeke

© Joséphine Van Glabeke

© Joséphine Van Glabeke

Louka Perderizet

C’est à douze ans que Louka Perderizet découvre le médium photographique, en imaginant, dans des lieux abandonnés, de sombres mises en scène. Depuis, le 8e art est devenu pour lui une manière de s’exprimer, de « faire passer des messages et d’éduquer les gens sur différents sujets ». Garçon assigné fille à la naissance et My love on film se lisent comme deux séries complémentaires, retraçant sa transition – et ses relations personnelles, rythmées par ces changements – à la manière d’un journal visuel. Dans un noir et blanc sobre, les images révèlent une intimité attendrissante, figée sans artifice. Un récit livré au regardeur dans tout son réalisme. Des lettres, rédigées par le photographe, sa famille, sa compagne, viennent enrichir l’histoire, et apporter des témoignages nécessaires à la compréhension. « Je voulais, grâce à ce projet, montrer aux parents d’enfants transgenres que ce n’est pas grave, qu’iels ont besoin de soutien, d’amour », précise-t-il. Plus intime encore, My love on film s’impose comme une véritable déclaration d’amour. Une mise à nu littérale et figurative, dévoilant le chemin sinueux vers l’acceptation de soi. « Je souhaitais montrer mon parcours amoureux, mes craintes, mes crises de dysphorie… J’ai l’impression de ne pas être légitime à vivre un amour avec quelqu’un, comme si ma “différence” en faisait un exploit. Comme si j’avais franchi l’impossible », confie l’auteur. Deux projets célébrant la différence et la tolérance.

© Louka Perderizet

© Louka Perderizet© Louka Perderizet
© Louka Perderizet© Louka Perderizet

© Louka Perderizet

Image d’ouverture : © Louka Perderizet

Explorez
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
13 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine