Les coups de cœur #346

21 juin 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #346

Tous deux inspirés par les arts, Nikita Schukin et Andrea Calandra, nos coups de cœur #346, développent des écritures et des récits divergents. L’un laisse parler sa spontanéité, et l’autre s’inspire d’une mystérieuse spiritualité.

Nikita Schukin

« Je ne sais toujours pas comment mon amour pour la photographie est né. C’est arrivé, à cause d’une série d’accidents. Un jour ordinaire, je suis allé me promener dans un parc, et j’y ai découvert une boutique abandonnée. Quelque chose m’a poussé à la prendre en photo. En rentrant, j’ai regardé mes images, et elles m’ont fasciné. J’ai alors réalisé que je ne devais jamais abandonner ce médium »,

raconte Nikita Schukin. Âgé de 20 ans, l’auteur étudie aujourd’hui le 8e art et la peinture à l’université d’art d’Abkhazie. Là-bas, il développe une approche spontanée, ponctuée par des couleurs et des émotions. « J’ai commencé en dessinant des story-boards, en imaginant des scénarios. Puis, j’ai compris que la photographie était une improvisation », précise-t-il. Inspiré par les peintres impressionnistes et expressionnistes, Nikita Schukin imagine des œuvres alambiquées, où les nuances deviennent « empoisonnées » et les compositions singulières. Intrigué par le portrait, l’artiste place ses modèles dans des mises en scène mystérieuses, et propose, une immersion dans une sensation vive et éclatante. « Cette année, j’ai décidé de m’éloigner de ce que je shoote habituellement, pour m’essayer à la street photography. Je souhaite me concentrer sur les compositions, et les contrastes entre ombres et lumières. Je veux distiller de l’esthétisme dans toutes mes créations – un écho à la culture japonaise qui m’inspire depuis quelque temps déjà », poursuit-il.

© Nikita Schukin© Nikita Schukin

© Nikita Schukin

© Nikita Schukin© Nikita Schukin

© Nikita Schukin

Andrea Calandra

Né en 1985 à Rome, Andrea Calandra partage aujourd’hui son temps entre commandes photographiques et projets personnels. Fasciné par les récits, il voyage et documente les cultures et les histoires qu’il croise sur son chemin. C’est à Togo qu’il réalise Voodoo: a parallel reflection, un projet inspiré par les rituels venus de l’Afrique de l’Ouest. « Toucher à la dimension spirituelle est très difficile. L’animisme n’est qu’un mot, un contenant englobant un grand nombre de réalités, de rituels, de traditions, et de manières de vivre. J’ai décidé d’approcher cette notion comme le ferait une personne curieuse, tout simplement. Lors de mes deux périples au Togo, j’ai été étonné de voir que la magie ne se cachait pas simplement derrière des rituels, mais qu’elle infusait chaque geste du quotidien. J’ai alors commencé à l’appeler « réalisme magique africain », en référence aux écrits de Gabriel Garcia Marquez, qui me rappelaient cette ambiance », raconte l’auteur. Brute, intrigante, sa série se lit comme une ode à ce territoire inconnu, ces moments infimes, qui font basculer les croyances dans le réel. « Ces répétitions d’instants m’ont immergé de plus en plus dans cet univers, tout en accentuant mon respect pour ce monde ancestral », ajoute-t-il. Influencé par la musique, Andrea Calandra envisage désormais de poursuivre sa documentation du vaudou au cœur d’un projet hybride, mêlant image et son.

© Andrea Calandra© Andrea Calandra

© Andrea Calandra

© Andrea Calandra© Andrea Calandra

© Andrea Calandra

Image d’ouverture : © Nikita Schukin

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas