Les coups de cœur #357

13 septembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #357

À travers des œuvres métaphoriques, Anastasia Chulkova et Ignacio Dansilio, nos coups de cœur #357, abordent des thématiques qui leur sont chères. L’une s’intéresse à la féminité et l’autre à la solitude urbaine.

Anastasia Chulkova

« Mon pseudonyme est photosubculture, parce que j’habite en Ukraine et que les disciplines artistiques ne sont pas considérées comme quelque chose d’important, là-bas. Je pense que la jeune génération peut faire changer les mentalités et hisser la photographie au rang d’art »

, déclare Anastasia Chulkova. Amoureuse du médium depuis son enfance, l’artiste s’inspire de ses propres émotions, ainsi que de la relation à l’autre pour construire des projets intimes, souvent shootés en noir et blanc. « Je me focalise aujourd’hui sur les portraits psychologiques et les séries documentaires. Le monochrome me permet de me concentrer sur les détails d’un visage, d’une personne, sans autre distraction. Il révèle l’essence d’un sujet, son osmose avec le monde, sa manière d’interagir avec l’environnement », explique l’autrice, qui aspire à « se détacher des réseaux sociaux pour avoir plus de liberté, et retourner aux racines de la photographie ». Métaphorique et délicat, son travail explore les différentes représentations de la féminité avec un mystère et une grâce touchantes.

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

Ignacio Dansilio

Archiviste à l’Université de Poitiers, Ignacio Dansilio, artiste originaire d’Uruguay, a découvert la photographie à l’adolescence. « Un proche de ma famille m’a offert mon premier réflex. C’était un Ricoh des années 1960. À l’époque, je faisais aussi de la musique et du dessin, mais la photo a rapidement pris une place centrale dans ma créativité », se souvient-il. Au fil de ses voyages, l’auteur se tourne naturellement vers la street photography. Véritable flâneur, il investit l’espace public à la recherche d’une esthétique bien précise : « On retrouve dans mes images des zones d’ombre, des noirs pleins, des lumières nocturnes et crépusculaires. Je recherche la synthèse dans la composition. Les surfaces lisses et monochromes, l’éclairage ponctuel, les moments de perte de stabilité, les réalités subjectives et les projections mentales des personnages qui apparaissent dans le cadre », précise-t-il. Évocateurs des célèbres films noirs, ses clichés explorent les sphères intimes et publiques, et les formes d’isolement au cœur d’un monde urbain en plein essor.

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

Image d’ouverture : © Anastasia Chulkova

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine