Les coups de cœur #357

13 septembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #357

À travers des œuvres métaphoriques, Anastasia Chulkova et Ignacio Dansilio, nos coups de cœur #357, abordent des thématiques qui leur sont chères. L’une s’intéresse à la féminité et l’autre à la solitude urbaine.

Anastasia Chulkova

« Mon pseudonyme est photosubculture, parce que j’habite en Ukraine et que les disciplines artistiques ne sont pas considérées comme quelque chose d’important, là-bas. Je pense que la jeune génération peut faire changer les mentalités et hisser la photographie au rang d’art »

, déclare Anastasia Chulkova. Amoureuse du médium depuis son enfance, l’artiste s’inspire de ses propres émotions, ainsi que de la relation à l’autre pour construire des projets intimes, souvent shootés en noir et blanc. « Je me focalise aujourd’hui sur les portraits psychologiques et les séries documentaires. Le monochrome me permet de me concentrer sur les détails d’un visage, d’une personne, sans autre distraction. Il révèle l’essence d’un sujet, son osmose avec le monde, sa manière d’interagir avec l’environnement », explique l’autrice, qui aspire à « se détacher des réseaux sociaux pour avoir plus de liberté, et retourner aux racines de la photographie ». Métaphorique et délicat, son travail explore les différentes représentations de la féminité avec un mystère et une grâce touchantes.

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

© Anastasia Chulkova

Ignacio Dansilio

Archiviste à l’Université de Poitiers, Ignacio Dansilio, artiste originaire d’Uruguay, a découvert la photographie à l’adolescence. « Un proche de ma famille m’a offert mon premier réflex. C’était un Ricoh des années 1960. À l’époque, je faisais aussi de la musique et du dessin, mais la photo a rapidement pris une place centrale dans ma créativité », se souvient-il. Au fil de ses voyages, l’auteur se tourne naturellement vers la street photography. Véritable flâneur, il investit l’espace public à la recherche d’une esthétique bien précise : « On retrouve dans mes images des zones d’ombre, des noirs pleins, des lumières nocturnes et crépusculaires. Je recherche la synthèse dans la composition. Les surfaces lisses et monochromes, l’éclairage ponctuel, les moments de perte de stabilité, les réalités subjectives et les projections mentales des personnages qui apparaissent dans le cadre », précise-t-il. Évocateurs des célèbres films noirs, ses clichés explorent les sphères intimes et publiques, et les formes d’isolement au cœur d’un monde urbain en plein essor.

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

© Ignacio Dansilio

Image d’ouverture : © Anastasia Chulkova

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •