Les coups de cœur #386

25 avril 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #386

Inspirés par de grands noms de la photographie, nos coups de cœur #386, Mathieu Guignard et Lise Labouré capturent et subliment, chacun à leur manière, le quotidien.

Mathieu Guignard

Installé à Biarritz, Mathieu Guignard, 29 ans, a commencé à pratiquer la photographie en autodidacte il y a neuf ans. À l’époque, le médium s’était imposé comme un outil lui permettant de s’échapper de son quotidien, de partir à l’exploration de nouveaux lieux. « Au fil du temps, je l’ai de plus en plus utilisé pour représenter un univers personnel, moins ancré dans le réel. Aujourd’hui mon approche est imprégnée des codes et symboliques du rêve. À travers mes déplacements journaliers, mes voyages et mon intimité, j’essaie de construire un univers énigmatique », confie-t-il. Noirs et blancs contrastés, flous artistiques, silhouettes sombres et anonymes, corps dénudés… Dans les images de l’auteur, les frontières entre songes et souvenirs s’effacent, au profit d’un récit ambigu, porté par l’émotion. Inspiré par les créations picturales d’Albarrán Cabrera, la street poétique de Saul Leiter, les œuvres atmosphériques de Todd Hido ou encore l’expressionnisme de Daidō Moriyama, Mathieu Guignard aborde, à travers ses clichés, diverses thématiques. Des fils rouges qui se lisent comme des ponctuations, des résonances au cœur d’un environnement vaporeux. « L’intime et l’amour sont retranscrits dans mes portraits, la solitude et l’errance, à travers mes paysages souvent calmes et déserts. Je m’intéresse également à la psychologie et à l’inconscient, en jouant avec l’onirisme et ses significations », énumère-t-il. Un ensemble monochrome des plus captivants.

© Mathieu Guignard

© Mathieu Guignard© Mathieu Guignard
© Mathieu Guignard© Mathieu Guignard

© Mathieu Guignard

© Mathieu Guignard

Lise Labouré

« J’évolue à travers différentes thématiques photographiques : le portrait, le corps, l’objet, la mode… Mais je travaille toujours avec la lumière naturelle, c’est l’une de mes principales sources d’inspiration. Elle m’offre des regards aux nuances infinies et elle stimule l’imaginaire »

, raconte Lise Labouré. Après un bachelor en photographie, l’artiste de 22 ans étudie aujourd’hui le cinéma et l’audiovisuel à Lyon. Une voie qui s’est imposée à elle dès son plus jeune âge. « J’ai eu la chance de bénéficier d’une relation privilégiée avec une de mes proches, elle-même photographe et réalisatrice. Je baigne donc dans le monde de l’image depuis mon enfance », précise-t-elle. À l’aide de son œil aiguisé, la jeune autrice développe aujourd’hui des travaux inspirés par son quotidien. Au cœur de chaque image ? « Une forme de sensibilité, une production censée provoquer des sensations », déclare-t-elle. En opposant le caractère éphémère de l’instant à son souvenir, figé grâce au boîtier, Lise Labouré pose un regard contemplatif sur le monde et cherche à en sublimer chaque recoin. Profondément marquée par les œuvres de Julien Magre et Sally Mann, elle s’attache, comme eux, à entrelacer affect et médium photographique, à explorer « les souvenirs, la mémoire et la biographie de l’intime » pour mieux retranscrire les nuances de son environnement.

© Lise Labouré

© Lise Labouré© Lise Labouré
© Lise Labouré© Lise Labouré

© Lise Labouré

© Lise Labouré

Image d’ouverture : © Mathieu Guignard

Explorez
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas