Les coups de cœur #396

04 juillet 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #396

C’est au cours de voyages que Michael Morgan et Lucie Martel nos coups de cœur #396 sont tombés amoureux de la photographie. Depuis, l’un s’emploie à réaliser des séries documentaires, et l’autre à révéler l’émotion de l’intime.

Michael Morgan

C’est au cours d’un voyage en Australie, lors d’une année sabbatique durant ses études, que Michael Morgan a découvert sa passion pour la photographie documentaire. De retour dans son Royaume-Uni natal, il s’attèle à développer son écriture, prêt à tout pour éviter un quotidien passé derrière un bureau. D’abord assistant, il se spécialise ensuite grâce à un bachelor en photographie et réalise aujourd’hui commandes et projets personnels. Grassroots est justement l’un d’entre eux. « Ces dernières années, en raison d’une crise financière nationale, le football communautaire a perdu des subventions, et par conséquent, les jeunes ont de moins en moins l’opportunité de jouer. Mais malgré ces contraintes, ce sport est – depuis la révolution industrielle – profondément lié à la vie des communautés. De nombreuses personnes donnent de leur temps pour maintenir cette tradition. Elle donne un sens aux choses, une certaine camaraderie.   C’est un moyen de s’exprimer », raconte l’auteur. Lui-même ancien joueur amateur, il rend ainsi hommage aux « grassroots » – ces clubs qui ne sont pas professionnels. Se servant de la lumière naturelle, il donne à voir l’envers du décor avec une affection certaine, et une douceur apaisante.

© Michael Morgan© Michael Morgan

© Michael Morgan

© Michael Morgan© Michael Morgan

© Michael Morgan

© Michael Morgan

Lucie Martel

« Mes photographies sont ma biographie. Elles représentent ma vie à la manière du carnet de croquis d’un peintre qui m’accompagnerait quotidiennement pour tenter de rendre visible mon expérience du réel. Mon boîtier me permet de garder une trace de ma vie, de ce qui a interpelé mon regard, mes émotions… »,

confie Lucie Martel. L’artiste de 22 ans actuellement étudiante aux Beaux-Arts est tombée amoureuse du médium lors d’un voyage aux États-Unis en 2005, en observant sa mère capturer leur aventure. Aujourd’hui, elle explore l’intime et le fugace à l’aide de son objectif, s’amusant à immortaliser ce qui file trop rapidement : les ombres changeantes, la lumière et son étrangeté, comme des moments amicaux aussi brefs que forts. « J’aime aussi beaucoup ma maison, qui est un domaine familial. J’ai fait des milliers d’images dans ce lieu qui m’obsédait. Mes autres thèmes de prédilection ? Les corps en suspens dans l’espace, le paysage, ou le quotidien. Toutes ces visions qui me touchent et que je souhaite garder près de moi », poursuit-elle. Inspirée par Julien Magre, Nan Goldin ou encore Théo Gosselin, elle s’attache, avec une grande sincérité, à faire de l’ordinaire un tremplin d’émotions.

© Lucie Martel

© Lucie Martel© Lucie Martel

© Lucie Martel

© Lucie Martel© Lucie Martel

© Lucie Martel

Image d’ouverture : © Lucie Martel

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill