Les coups de cœur #409

03 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #409

Sensibles au monde qui les entoure, Isis Ascobereta et Greta Pischedda, nos coups de cœur #409, tentent de le sublimer. L’une en révèle sa beauté naturelle, et l’autre, sa complexité humaine.

Isis Ascobereta

Des mots, Isis Ascobereta s’est ensuite tournée vers l’image pour explorer son environnement. Titulaire d’un doctorat en littérature comparée, l’artiste d’origine espagnole et mexicaine perçoit le médium photographique comme un outil rendant possible le développement d’une histoire visuelle s’éloignant du contexte premier. Comme la découverte d’un chemin moins direct, jouant avec la perception des objets et leur déconstruction.  Fidèle à cette théorie, l’autrice a composé The New World en mai 2020, au lendemain du confinement. « Reprendre la photographie dans la rue m’a permis de m’habituer à nouveau au monde extérieur dont j’avais été coupée pendant deux mois. Ma première réaction a été de capturer la nature qui m’entourait, puis, à partir de ce corpus d’images, d’entamer une réflexion sur nos rapports avec celle-ci », explique-t-elle. Dans le monde urbain, le végétal devient « taillé et planté selon nos désirs. Si sur les trottoirs et autres espaces bitumés, il réussit à se répandre en liberté, dans les espaces fermés il devient objet de décoration », poursuit Isis Ascobereta. Fascinée par ces îlots contrastant avec le goudron omniprésent, l’artiste entreprend alors de leur donner une prestance fantastique. Comme une virée onirique dans un univers gris et fané.

© Isis Ascobereta© Isis Ascobereta
© Isis Ascobereta© Isis Ascobereta
© Isis Ascobereta© Isis Ascobereta

© Isis Ascobereta

Greta Pischedda

« J’utilise la photographie non seulement comme un moyen d’expression, mais aussi comme un outil d’investigation. Je capture la réalité comme elle m’apparaît, et non comme elle est réellement. Pour y parvenir, je me fie à ma sensibilité, à mes goûts et mes émotions. Le médium me permet donc aussi de me questionner et d’évoluer constamment »,

déclare Greta Pischedda. L’autrice de 25 ans venue de Naples s’est initiée au 8e art lorsqu’elle était enfant, grâce aux boîtiers jetables de son grand-père. À vingt ans, elle se spécialise dans l’argentique et décide d’apprendre les différentes techniques d’impression. « Je réalise tout moi-même : la prise de vue, le développement et le tirage », précise-t-elle. En résultent des séries à l’intimité touchante, s’approchant au plus près de la complexité humaine. C’est le cas de Mike Debosh – The Death Boy, un projet monochrome aux contrastes puissants, inspiré par Michele, jeune musicien italien désireux de percer dans le milieu de la trap (une division du rap née dans le sud des États-Unis tenant son nom des lieux où se pratiquait le trafic de drogues, NDLR). « À travers ces portraits, j’essaie d’en savoir plus sur son monde intérieur, de m’éloigner des clichés du genre, et de la superficialité qu’on lui associe », conclut Geta Pischedda.

© Greta Pischedda

© Greta Pischedda
© Greta Pischedda© Greta Pischedda

© Greta Pischedda© Greta Pischedda

Image d’ouverture :  © Greta Pischedda

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
04 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet