Les coups de cœur #411

17 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #411

Tous deux d’origine italienne, nos coups de cœur #411, Patrick Saverioni et Alessio Pellicoro dépeignent le monde avec poésie. L’un puise dans son amour de la peinture et du cinéma, et l’autre dans la beauté des îles qu’il visite.

Patrick Saverioni

« Mes parents ont quitté l’Italie dans les années 1960. Ma mère travaillait dans une usine qui fabriquait des caméras Super 8 et mon père dans un restaurant recevant des personnalités du cinéma et de la musique »

, se souvient Patrick Saverioni.  Né à Sainte-Croix, un village suisse, l’artiste s’est immergé dans le monde de l’image à l’âge de douze ans, avec ses ami·es. Il passait alors ses week-ends à réaliser des courts métrages et créait de toute pièce les décors, costumes et intrigues. « Tout cela fut très formateur », précise-t-il. Après une brève expérience à l’École des Arts Décoratifs, il renoue avec le 7e art, en passant cette fois de l’autre côté de l’objectif. Une carrière de comédien qu’il conclut après une quinzaine de réalisations. « S’en est suivi une longue période de recherche personnelle. Puis j’ai finalement investi dans du matériel photographique. Je voulais raconter mes histoires par le biais de ce médium », commente-t-il. Inspirée par ses années d’expérience comme par son goût pour la peinture, l’auteur capture des scènes dramatiques semblant tout droit sorties d’un long-métrage. Des fragments narratifs aux nuances picturales, au cœur desquelles on ne peut que s’immerger.

© Patrick Saverioni

© Patrick Saverioni© Patrick Saverioni
© Patrick Saverioni© Patrick Saverioni

© Patrick Saverioni

© Patrick Saverioni

Alessio Pellicoro

C’est en découvrant d’anciens boîtiers appartenant à son père qu’Alessio Pellicoro, né en 1994, s’est pris de passion pour la photographie. Depuis, l’auteur italien ne cesse de capturer le monde qui l’entoure. Une pratique qu’il développe à l’Institut européen de Design de Rome puis – actuellement – à l’ISIA d’Urbino. Lors d’une résidence dans les îles Éoliennes, près de la Sicile, Alessio Pellicoro a imaginé Iancura, un projet inspiré par son lieu de travail. « Iancura est un mot issu du dialecte des îles et signifie “blancheur”. Il renvoie à l’image de la mer calme qui se fond dans le ciel, transformant ainsi l’horizon en une palette de bleus clairs », explique-t-il. Touché par la beauté de l’environnement, l’auteur se nourrit alors de cette définition pour imaginer un monde inspirant le calme, la grâce et la sérénité. Un instant à part où l’osmose entre la nature et l’humain devient si puissante qu’elle efface le reste. Un dialogue privilégié entre le photographe et l’espace, l’esprit et les éléments. Loin de présenter un univers monochrome et immaculé, l’artiste met au contraire l’accent sur les nuances qui colorent les îles. Comme un contraste poétique invitant à reconsidérer la définition d’un terme, et notre place dans le monde.

© Alessio Pellicoro

© Alessio Pellicoro© Alessio Pellicoro
© Alessio Pellicoro© Alessio Pellicoro

© Alessio Pellicoro

© Alessio Pellicoro

Image d’ouverture : © Patrick Saverioni

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill