Les coups de cœur #420

19 décembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #420

Nos coups de cœur #420, Lorie Balandreau et Evantias Chaudat font rimer narration et technique. L’une creuse dans le grain des images pour en extraire le mystère, et l’autre joue de la matérialité de l’argentique pour unir les écosystèmes.

Lorie Balandreau

Née en 2001, Lorie Balandreau se souvient avoir pris sa première photographie alors qu’elle n’avait que trois ans. Une image floue réalisée avec le boîtier de sa grand-mère. Depuis, elle développe une démarche obsessive, nourrie par sa curiosité, sa soif de recherche et ses questionnements intérieurs. « Je décrirais mon interprétation comme poétique et agitée. L’art en général est une façon de parler de soi, de s’exprimer, de se découvrir et se montrer sans avoir l’air trop égocentrique. Ce qui m’intéresse dans ce médium, c’est sa bidimension. Le grain et la coupure par le cadre qui lui sont spécifiques », raconte-t-elle. Dans la série Voir Vouloir, l’autrice cherche à créer des narrations qui lui sont propres, à démanteler le monde de manière singulière. Observant uniquement le monde depuis son capteur, elle saisit des images de fenêtres éclairées réalisées de nuit, dont elle prélève ensuite des fragments. Entre voyeurisme et abstraction, ces sources de lumière révèlent des silhouettes anonymes comme des nuanciers colorés. Un ensemble énigmatique jouant avec nos émotions et attisant notre imaginaire. « Le processus de postproduction est aussi important que la photographie initiale, poursuit-elle. Il creuse dans l’image, jusqu’aux pixels. Il est le dernier espoir de voir plus. Les images nocturnes deviennent ainsi très bruyantes, ce qui pose un filtre, comme une frontière entre le regard et le sujet. » Une frontière qu’il nous est libre d’abolir, en complétant à notre guise les lacunes visuelles qui s’offrent à nous…

© Lorie Balandreau© Lorie Balandreau
© Lorie Balandreau© Lorie Balandreau
© Lorie Balandreau© Lorie Balandreau

© Lorie Balandreau

Evantias Chaudat

« La notion de vivant est au centre de mon travail. Plus particulièrement les liens qui unissent vivant et non-vivant. Animal, minéral, eau, humain, lumière, végétal s’entremêlent pour en dévoiler les résonances intimes de l’infiniment petit à l’infiniment grand »,

déclare Evantias Chaudat. Diplômée de la Haute École des Arts du Rhin, la photographe et vidéaste développe, à l’argentique, une œuvre appliquée, croisant les différentes espèces qui habitent notre Terre. « J’aime l’acuité de cette technique, le fait d’avoir un nombre de prises limité, de ne pas voir immédiatement l’image implique un rapport au temps et un engagement particuliers. On doit faire face à des choix conscients et radicaux », poursuit-elle. En juin 2022, l’artiste séjourne trois semaines en Namibie – un pays sec, peu peuplé qui la fascine. Car si les humains semblent avoir déserté le territoire, sa biodiversité, elle, demeure extrêmement riche. « Le terme namib signifie “zone où il n’y a rien”, dans la langue des Khoïkhoïs, l’un des tous premiers peuples d’Afrique australe. Mais sur place on ne peut qu’être frappé·e par le fait que le pays est au contraire pleinement habité, loin de ce néant qui lui donne son nom », précise Evantias Chaudat. Pensée comme un dialogue, une danse entre les éléments ponctuant cette terre, Namib entend rendre hommage à cette discrète diversité. Comme une célébration des résonances qui rallient les êtres. Une osmose bienfaitrice dont on ne peut que se délecter.

© Evantias Chaudat© Evantias Chaudat
© Evantias Chaudat

© Evantias Chaudat

Image d’ouverture : © Lorie Balandreau

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti