Les coups de cœur #431

06 mars 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #431

C’est le monde urbain qui inspire Clément Boulard et Claire Frichet, nos coups de cœur #431. L’un capture l’érosion des murs causée par le temps, tandis que l’autre s’immerge dans l’énergie unique des rues new-yorkaises.

Clément Boulard

Photographe-auteur spécialisé en architecture, Clément Boulard, 36 ans, a fait ses armes en laboratoire en tant que tireur, après être tombé amoureux du 8e art lorsqu’il étudiait le cinéma à la Sorbonne-Nouvelle. « Durant cette même année, j’ai suivi des cours d’histoire de l’art et d’esthétique de l’image qui m’ont beaucoup influencé. Je me suis ensuite consacré exclusivement à la pratique photographique, et j’ai été reçu en 2008 aux Gobelins après avoir suivi un cours préparatoire aux grandes écoles d’art à l’Atelier Clouet », poursuit-il. C’est dans les rues de la capitale française, lors d’errances régulières qu’il commence à créer. « Je me suis vite intéressé à la matière et aux détails des éléments urbains. Je me décrirais comme un photographe opportuniste qui porte son regard sur des détails du quotidien, que l’on croise sans forcément les remarquer. Il y a de la poésie dans toute chose, et j’aime particulièrement les traces laissées par le passage de l’homme », confie-t-il. Ruines visuelles, publicités déchirées, murs décrépis… Dans les images de Clément Boulard, le minimalisme règne et transforme l’érosion en œuvre d’art. « Avec Disparition, j’ai trouvé intéressant d’entamer une progression du réel vers l’onirique. Je me suis interrogé sur la place des images dans notre cadre urbain. Cette abstraction permet de les regarder en se libérant de tout contexte, d’approcher une liberté d’interprétation totale », conclut-il.

© Clément Boulard

© Clément Boulard© Clément Boulard
© Clément Boulard© Clément Boulard

© Clément Boulard

© Clément Boulard

Claire Frichet

« Je suis fascinée par le mouvement, l’acte de capter, la beauté singulière de l’humain, l’entre-deux », déclare Claire Frichet. Originaire du sud de la France, la photographe a d’abord travaillé pour l’industrie de la télévision avant de se tourner vers le 8e art. Aujourd’hui, elle développe une écriture intimiste, qu’elle complète au fil de ses pérégrinations. « Toute la magie demeure pour moi dans la capture de l’essence d’un moment éphémère, afin de la garder dans son esprit et son cœur, comme une ancre d’ondes positives », ajoute-t-elle. Fin 2022, l’artiste s’est envolée à New York pour deux mois, avide de découvrir la ville qui ne dort jamais. De ce périple, elle rapporte une collection d’images argentiques au grain vaporeux, flirtant avec l’univers des songes. Aux frontières de l’onirisme et de la street photography, Claire Frichet capture les rues animées de la Grosse Pomme, les voyages en ferry comme en métro, les habitant·es qui les emplissent, avec une délicate sensibilité. « Au fur et à mesure que j’avance dans mon voyage, j’aime me laisser bercer par le brouhaha qui m’entoure, pour absorber puis capturer l’énergie ressentie. Car ce sont les vibrations de cette ville magique en perpétuel mouvement qui me donnaient envie d’y séjourner depuis longtemps », affirme-t-elle.

© Claire Frichet

© Claire Frichet© Claire Frichet
© Claire Frichet© Claire Frichet

© Claire Frichet

© Claire Frichet

Image d’ouverture : © Claire Frichet

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill