Les coups de cœur #431

06 mars 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #431

C’est le monde urbain qui inspire Clément Boulard et Claire Frichet, nos coups de cœur #431. L’un capture l’érosion des murs causée par le temps, tandis que l’autre s’immerge dans l’énergie unique des rues new-yorkaises.

Clément Boulard

Photographe-auteur spécialisé en architecture, Clément Boulard, 36 ans, a fait ses armes en laboratoire en tant que tireur, après être tombé amoureux du 8e art lorsqu’il étudiait le cinéma à la Sorbonne-Nouvelle. « Durant cette même année, j’ai suivi des cours d’histoire de l’art et d’esthétique de l’image qui m’ont beaucoup influencé. Je me suis ensuite consacré exclusivement à la pratique photographique, et j’ai été reçu en 2008 aux Gobelins après avoir suivi un cours préparatoire aux grandes écoles d’art à l’Atelier Clouet », poursuit-il. C’est dans les rues de la capitale française, lors d’errances régulières qu’il commence à créer. « Je me suis vite intéressé à la matière et aux détails des éléments urbains. Je me décrirais comme un photographe opportuniste qui porte son regard sur des détails du quotidien, que l’on croise sans forcément les remarquer. Il y a de la poésie dans toute chose, et j’aime particulièrement les traces laissées par le passage de l’homme », confie-t-il. Ruines visuelles, publicités déchirées, murs décrépis… Dans les images de Clément Boulard, le minimalisme règne et transforme l’érosion en œuvre d’art. « Avec Disparition, j’ai trouvé intéressant d’entamer une progression du réel vers l’onirique. Je me suis interrogé sur la place des images dans notre cadre urbain. Cette abstraction permet de les regarder en se libérant de tout contexte, d’approcher une liberté d’interprétation totale », conclut-il.

© Clément Boulard

© Clément Boulard© Clément Boulard
© Clément Boulard© Clément Boulard

© Clément Boulard

© Clément Boulard

Claire Frichet

« Je suis fascinée par le mouvement, l’acte de capter, la beauté singulière de l’humain, l’entre-deux », déclare Claire Frichet. Originaire du sud de la France, la photographe a d’abord travaillé pour l’industrie de la télévision avant de se tourner vers le 8e art. Aujourd’hui, elle développe une écriture intimiste, qu’elle complète au fil de ses pérégrinations. « Toute la magie demeure pour moi dans la capture de l’essence d’un moment éphémère, afin de la garder dans son esprit et son cœur, comme une ancre d’ondes positives », ajoute-t-elle. Fin 2022, l’artiste s’est envolée à New York pour deux mois, avide de découvrir la ville qui ne dort jamais. De ce périple, elle rapporte une collection d’images argentiques au grain vaporeux, flirtant avec l’univers des songes. Aux frontières de l’onirisme et de la street photography, Claire Frichet capture les rues animées de la Grosse Pomme, les voyages en ferry comme en métro, les habitant·es qui les emplissent, avec une délicate sensibilité. « Au fur et à mesure que j’avance dans mon voyage, j’aime me laisser bercer par le brouhaha qui m’entoure, pour absorber puis capturer l’énergie ressentie. Car ce sont les vibrations de cette ville magique en perpétuel mouvement qui me donnaient envie d’y séjourner depuis longtemps », affirme-t-elle.

© Claire Frichet

© Claire Frichet© Claire Frichet
© Claire Frichet© Claire Frichet

© Claire Frichet

© Claire Frichet

Image d’ouverture : © Claire Frichet

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •