Les coups de cœur #436

10 avril 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #436

Street-photography et paysages romanesques, chez Jakub Jakobiszyn et Fabio Sozza, nos coups de cœur #436, le voyage dans l’instant présent est de mise. Pour l’un, c’est le loufoque qui prime, et pour l’autre, la beauté du naturel.

Jakub Jakobiszyn

« Ne pas juger, juste montrer », tel est le leitmotiv artistique de Jakub Jakobiszyn – Korbusje sur Instagram. Installé à Wroclaw, ville de toutes ses premières fois, le photographe s’est initié à la photographie de manière autodidacte. D’abord en s’amusant avec des appareils photo jetables et analogues, et plus tard en utilisant compulsivement son smartphone. Fan invétéré des situations loufoques et hasardeuses, Jakub Jakobiszyn découvre à chaque coin de rue, chaque vitrine ou publicité, des scènes qui parlent d’elles-mêmes. « Je photographie tous les objets qui me semblaient étranges, inhabituels, abstraits ou géométriquement intéressants. Je ressens un désir dynamique d’immortaliser des choses qui n’apparaissent qu’un instant, comme si la nature massive et la diffusion de la photographie devenaient un défi pour montrer des choses opposées – rares, uniques ou communes, mais dévoilées d’une manière spécifique. Je tente de montrer l’unicité de certaines choses afin de susciter la réflexion », avoue-t-il. Dans sa série Windbreakers (coupe-vent, ndlr), éditée en un ouvrage de 122 pages, il s’est intéressé aux installations des vacanciers sur le littoral polonais. D’un regard madré et amusé, il y dévoile toute l’absurdité de ces bivouacs criards, se focalisant sur la façon dont ils modifient – en bien ou en mal – le paysage et l’environnement. Un panorama pictural d’un bord de plage débordant de parasols, crème solaire et coup de soleil. « Je travaille tout le temps avec la couleur, car c’est elle qui m’affecte et rend le monde qui m’entoure multidimensionnel. La photographie en couleurs s’apparente à la peinture :  la sélection, la prudence dans la coloration du monde. C’est aussi grâce à la couleur que j’ai pu aborder ce sujet controversé en Pologne. Dans mon livre, j’ai essayé d’habiller le regard porté sur ces stations balnéaires, d’une manière objective et esthétique, et ce, toujours sans jugements », conclut-il.

© Jakub Jakobizsyn / Korbusje© Jakub Jakobizsyn / Korbusje
© Jakub Jakobizsyn / Korbusje© Jakub Jakobizsyn / Korbusje
© Jakub Jakobizsyn / Korbusje© Jakub Jakobizsyn / Korbusje

© Jakub Jakobizsyn / Korbusje

Fabio Sozza

« Je crois que les voyages sont réellement beaux et qu’ils ressourcent l’âme. Je n’aurais pas pu raconter l’histoire des Philippines sans quitter ma maison. Mais il n’est pas nécessaire de voyager pour trouver de belles scènes. Je suis amoureux de la beauté du réel, du quotidien. Je peux la trouver en voyageant comme dans mon jardin. Ce qui compte, c’est la quête », déclare Fabio Sozza. Professeur d’anglais en Italie, il a fait de la photographie une échappatoire, une passion pour déchainer toutes les autres. D’une nature introvertie et d’une famille où le médium n’a jamais vraiment trouvé sa place, il s’est d’abord renseigné, a beaucoup lu, étudié et appris seul à manier un boîtier – argentique puis numérique. Afin de se confronter aux autres, d’apprendre de leur différence et savoir-faire, il a alors rejoint un club local, ainsi qu’une communauté de photographes en ligne. Un moment charnière de son apprentissage, car depuis, plus un seul jour n’est passé sans prendre d’images, sans créer des souvenirs esthétiques. Considérant les beaux livres comme « des maîtres silencieux », Fabio Sozza puise son inspiration entre les lignes et les témoignages des figures de proue du 8e art. Harry Gruyaert, Luigi Ghirri et ses paysages minimalistes, Fred Herzog et son « langage du Kodachrome », mais aussi Edward Hopper et son réalisme pictural… Pour l’artiste italien, chaque apport artistique est bon à prendre puisqu’il lui parle différemment d’un même monde. « J’ai compris que la couleur parlait un langage audacieux, et que les couches de signification d’une image pouvaient être nombreuses et potentiellement illimitées. Aujourd’hui, la couleur fait partie intégrante de mon dialecte photographique. Je l’embrasse, je lui donne du pouvoir, je la laisse dire les choses qu’elle veut dire comme elle veut les dire », conclut-il.

© Fabio Sozza© Fabio Sozza
© Fabio Sozza© Fabio Sozza
© Fabio Sozza© Fabio Sozza

© Fabio Sozza

Image d’ouverture : © Fabio Sozza

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d'actualité
© Chloé Azzopardi
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d’actualité
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine puisent dans notre époque contemporaine pour s'immerger dans des problématiques...
23 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill