Les coups de cœur #441

15 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #441

Toutes deux inspirées par l’imagerie cinématographique, Anne-Charlotte Henry et Bonnie Perret, nos deux coups de cœur #441, font des instants capturés autant d’histoires à raconter. Pour l’une, c’est dans l’authenticité d’une photographie argentique que tout s’éclaire, quand pour l’autre, c’est dans le voyage.

Anne-Charlotte Henry 

« J’ai une passion viscérale pour le cadre et la photographie. Je trouve que le cadre allié à la photographie à un pouvoir immense pour partager une émotion, pour s’identifier à des inconnu·es et pour trouver de la beauté partout », avoue Anne-Charlotte Henry. Photographe et directrice de la photographie dans le cinéma, l’artiste s’est initiée au médium très tôt, en utilisant, pour s’amuser, le caméscope familial. Très vite, elle réalise tout l’intérêt du 8e art, et perçoit la lumière d’une tout autre manière. Fascinée par le tirage manuel des images, l’artiste privilégie une pratique à l’argentique en noir et blanc et utilise parfois le polaroid pour jouer avec les couleurs. « Je n’ai jamais eu de réponse fixe à la question « pourquoi la photographie ? » : pour beaucoup de raisons. Mais il y en a une qui revient plus souvent que les autres : je photographie pour ne jamais oublier et pour toujours revivre. Les émotions que me procure la photographie sont les mêmes que celles de la vraie vie, mais je peux les revivre à chaque fois que je regarde une image. » À l’instar de son envie de rester proche du vécu mais aussi de l’imaginaire, des choses sensibles et émotionnelles, Anne-Charlotte Henry fige des moments encadrés dans une atmosphère rassurante, pris entre le champ du présent et des possibles.

© Anne-Charlotte Henry© Anne-Charlotte Henry
© Anne-Charlotte Henry© Anne-Charlotte Henry
© Anne-Charlotte Henry© Anne-Charlotte Henry

 © Anne-Charlotte Henry

Bonnie Perret

Parisienne expatriée à Strasbourg, Bonnie Perret s’est passionnée pour l’image durant ses années au collège. D’abord avec un petit appareil compact, puis vers la fin de son adolescence avec un boîtier plus professionnalisant. À cette époque, photographier relève du passe-temps lui permettant d’immortaliser des instants simplement heureux entre ami·es. Une activité qui se concrétise un peu plus tard, alors qu’elle se réoriente pour intégrer une école spécialisée. Influencée par la tendresse humoristique de Martin Parr ainsi que par les mises en scène cinématographiques de Gregory Crewdson, la photographe cherche avant tout à capturer les atmosphères aux palettes de couleurs foisonnantes des lieux qu’elle visite. « Le voyage est pour moi une source d’apprentissage et d’émerveillement permanent. Voyager, c’est savoir s’adapter, accepter parfois d’être dérouté. C’est surtout lorsque je sors de mon quotidien, de ma zone de confort, que je suis pleinement inspirée. Je pense que chaque voyage a laissé une trace dans mon rapport à l’image », confie-t-elle. C’est au cœur du paysage, vers les bords de mer crépusculaire ou dans les quartiers illuminés par les néons la nuit, que Bonnie Perret s’élance pour en encapsuler l’essence.

© Bonnie Perret

© Bonnie Perret© Bonnie Perret
© Bonnie Perret© Bonnie Perret

© Bonnie Perret

© Bonnie Perret

Image d’ouverture : © Bonnie Perret

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine