Les mystères existentiels d’Ekaterina Berestova

18 novembre 2022   •  
Écrit par Pablo Patarin
Les mystères existentiels d’Ekaterina Berestova

Artiste-peintre, poétesse, réalisatrice et graphiste autodidacte, Ekaterina Berestova – surnommée Katia – s’est également lancée dans la photographie en 2010. Un amour des arts qui s’étend jusqu’à son mode de vie : celle qui est née à Saint-Petersbourg il y a trente ans habite aujourd’hui dans son propre atelier moscovite, afin de « donner toute [s]on existence au processus ». Une démarche vitale, presque stakhanoviste, qui prend tout son sens à l’aperçu de ses œuvres. Katia Berestova explore les tréfonds de l’humain, son ennui, ses peines et ses souffrances, au travers d’une imagerie puissante et mystérieuse. Une esthétique quasi-expressionniste sur fond de psychanalyse. De surcroît, l’autrice n’hésite pas à se mettre en scène, pour donner vie à ses propres sentiments. « Je suis pour un engagement total et une foi dans le processus. Après avoir terminé un travail, je l’analyse constamment. Je le retourne dans ma tête. C’est ainsi que j’avance et que je crée une harmonie de la connaissance et de la vision de l’âme », précise-t-elle. La photographe puise son inspiration dans sa ville natale, qu’elle surnomme « l’utérus des poètes », estimant que le monde extérieur fait écho aux ressentis de l’humain : « ce qui se passe à notre époque me fait plonger dans les profondeurs de mes vérités privées. En gros, plus le monde va mal, plus j’ai du travail », conclut-elle.

© Ekaterina Berestova

 

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

© Ekaterina Berestova

Explorez
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill