Les objets trouvés de Grace

16 février 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les objets trouvés de Grace
La photographe Grace Ann Leadbeater chérit sa curiosité et en a tiré la série “Look what I found”. Entretien par Hélène Rocco.

Grace Ann Leadbeater est une jeune photographe américaine de 24 ans qui vit à Brooklyn. Récemment diplômée du College of Arts and Design de Savannah aux États-Unis, elle livre des images empreintes d’une certaine nostalgie et d’une grande tendresse. À la rédaction, nous aimons particulièrement son travail et avons déjà publié le portfolio A mouthful of Sun sur sa ville natale en Floride. Sa série Look What I found (en français “Regarde ce que je viens de trouver”) est une ode à la curiosité.

Fisheye : Comment as-tu eu l’idée de faire cette série ?

Grace Ann Leadbeater : Une semaine avant de partir étudier en France en 2014, ma meilleure amie Mey est venue chez moi en Floride. On était très émotives et toutes excitées pendant ces quelques jours. Un soir, on regardait les étoiles quand mon frère a attrapé un papillon avec ses mains. Je n’arrêtais pas de répéter : « Regarde ce que Daniel vient de trouver! » Je me suis rendue compte que je m’exclamais beaucoup quand quelqu’un découvrait quelque chose devant moi.

Photo extraite de la série "Look what I found" / © Grace Ann Leadbeater
Photo extraite de la série “Look what I found” / © Grace Ann Leadbeater

À travers cette série, tu as donc souhaité partager ton amour de la découverte ?

Oui. Je suis toujours en train de dire aux autres de regarder le ciel, d’observer un enfant vêtu d’une combi de ski étrange… Le fait de regarder attentivement ce qui m’entoure est vraiment naturel chez moi.

Qu’est-ce qui te plait dans la photo ?

J’en ai besoin et j’aime me dire que j’ai des choses à apporter la photo (même si ce n’est pas le cas). Parfois, ça me gonfle mais la plupart du temps ma frustration ne vient pas de là. La photo c’est une multitude d’occasions. Tout le monde peut avoir le sentiment de vivre un moment en le voyant en photo. Moi, j’aime garder une trace de tout. J’écris beaucoup, je garde les reçus, les tickets de transport et la photo est une forme de documentation immédiate. Pas besoin d’un stylo pour raconter ce moment, la photo est là et elle dit tout.

Photo extraite de la série "Look what I found" / © Grace Ann Leadbeater
Photo extraite de la série “Look what I found” / © Grace Ann Leadbeater

Y a t-il un compliment sur ton travail qui t’a particulièrement marqué ?

À chaque fois que je prends une personne en photo, elle me dit que ça lui permet de comprendre comme je la vois et c’est exactement ce que je recherche. Je sais que c’est utopique de penser ça… J’ai envie que les gens se sentent estimés et si ça marche c’est très gratifiant pour moi.

Sur quel projet travailles-tu actuellement ?

Je bosse sur la série “Right This Very Second” (en français, “à cette seconde précise”). C’est une expédition introspective et une manière de figer le moment présent. J’ai toujours peur de livrer une série trop personnelle mais je crois que ça entre toujours en résonance avec la vie des spectateurs et ça les touche.

Comment décrirais-tu ton style en quelques mots ?

C’est une célébration des choses auxquels je tiens vraiment.

lookwhatifound_11_fisheyelemaglookwhatifound_10_fisheyelemaglookwhatifound_09_fisheyelemaglookwhatifound_08_fisheyelemaglookwhatifound_06_fisheyelemaglookwhatifound_05_fisheyelemaglookwhatifound_04_fisheyelemaglookwhatifound_02_fisheyelemaglookwhatifound_01_fisheyelemag

Propos recueillis par Hélène Rocco

En (sa)voir plus

→ Son site Internet

→ Son compte Instagram

→ Son compte Twitter

 

Explorez
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
© Julien Athonady
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
Nos coups de cœur de la semaine, Julien Athonady et Nika Sandler, emploient le médium photographique comme une manière d'entrer au plus...
15 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est la Russie contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Russie de la peau orange, cousine...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet