Libres comme l’eau

05 mai 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Libres comme l’eau

Inspiré par l’histoire de Nami, artiste japonaise et mère célibataire, Esteban Vargas Roa l’invite à découvrir son pays natal : le Chili. À travers Be Water, tous deux apprennent à se connaître et tissent des liens entre deux cultures étrangères.

Photographe de mode installé à Santiago, au Chili, Esteban Vargas Roa voyage depuis plusieurs années en Amérique latine et en Asie, à la recherche de sujets uniques. « Si je me suis toujours intéressé à la mode, j’ai appris à me forger ma propre idée de cette industrie. Je me concentre sur la notion de beauté, et sa présence dans notre vie quotidienne. Le sublime est dans l’essentiel, c’est pourquoi je n’utilise jamais de lumière artificielle ou de mises en scène complexes », explique l’artiste. Pour ce dernier, l’atmosphère d’un moment ou d’un lieu suffit à apporter de la magie au réel. Une simplicité qu’il associe à la culture latino-américaine. « Ici, les choses les plus magnifiques sont souvent les plus brutes », poursuit-il.

À la recherche de cette splendeur naturelle, il arpente le monde, et découvre des territoires, des muses au cours de son chemin. Parmi elles, Nami, une artiste et modèle japonaise qu’il rencontre à Tokyo. « Un ami en commun nous a présentés, et nous avons immédiatement sympathisé. Elle était intéressée par la culture chilienne et latine, aussi, je l’ai invité à me rendre visite là-bas », raconte Esteban Vargas Roa. Aventurière dans l’âme, la jeune femme a déjà inspiré de nombreux photographes – travaillant notamment avec Ren Hang et Yuan Yao – et dévoile, au fil de ses collaborations, sa manière singulière de vivre et d’éduquer son fils. « Elle a commencé sa carrière lorsqu’elle a décidé de devenir mère et d’élever son enfant seule, c’est quelqu’un de fascinant », précise-t-il.

© Esteban Vargas Roa© Esteban Vargas Roa

L’étranger devenu familier

Un an après leur rencontre, Nami et son nourrisson Nikyou s’envolent pour Santiago. Un périple spontané, rythmé par le hasard. Logés dans la maison de famille de l’artiste, mère et fils s’accoutument à ce nouveau territoire. « Nikyou s’est fait très vite à cet environnement – ainsi, ce qui était étranger est devenu familier », commente Esteban Vargas Roa. Durant leur périple, le Chili connaît une révolution sociale qui évoque à Nami la situation politique à Hong-Kong (le territoire indépendant protestant contre un projet de loi permettant les extraditions vers la Chine continentale, NDLR). « Nous avons commencé à partager une expérience similaire, en comparant ces deux scénarios », précise-t-il.

En étudiant les slogans des manifestants, ils découvrent un mantra : « Be water », invitant le peuple à trouver de nouveaux moyens de protester, pour éviter la répression du gouvernement. Une instruction qui influence leur voyage au cœur du pays. Immergés dans la nature chilienne, la modèle et son fils se fondent dans le paysage, épousent les éléments. Ensemble, ils deviennent cette eau, ce symbole de liberté et de fusion. Le photographe, depuis toujours attiré par la pop culture asiatique, trouve dans cette collaboration un moyen de concilier son amour pour son pays d’origine et pour l’Orient. « La manière de Nami de percevoir la famille comme une communauté, et la relation profonde que j’ai nouée avec elle ont considérablement influencé mes images », ajoute-t-il. Resplendissants, sous la lumière du soleil, mère et fils tissent des liens entre deux mondes étrangers, et forgent une connexion durable.

© Esteban Vargas Roa© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa© Esteban Vargas Roa

© Esteban Vargas Roa

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill