Lodz Fotofestiwal : le défi d’être libres

05 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Lodz Fotofestiwal : le défi d’être libres
© Gloria Oyarzabal
© Adrien Selbert
© Diego Moreno

Pour son édition 2024, qui se tiendra du 13 au 23 juin, le Lodz Fotofestiwal explore les significations de la liberté. Les photographes utilisent leur art pour parler de la mutation, du changement social, de l’abattement des normes et du défi d’être libres.

Libérer est l’action de s’émanciper et assumer son pouvoir, mais c’est aussi la nécessité de rendre aux autres leur liberté, un droit fondamental. Pour son édition 2024, le Lodz Fotofestiwal invite des artistes qui réfléchissent à cette vaste question : le geste de la liberté. Il s’agit de s’affranchir de structures sociopolitiques obsolètes, de se libérer d’un passé traumatisant et de pressions intérieures, ainsi que de contextes visuels et de frontières qui semblent limiter notre perception, comme l’énoncent les curateurices. D’ailleurs, l’acte de la curation devient lui aussi objet d’une libération. Le festival entend quitter les schémas préétablis et abandonner les limites curatoriales. Marta Szymańska, membre du comité de programmation de Fotofestiwal, explique : « Cette année, nous nous intéressons de plus près aux histoires de nombreux·ses auteurices pour qui la photographie est devenue un moyen de faire face à l’adversité et aux expériences difficiles. Nous accueillons également des œuvres moins intimes, où les créateurices utilisent l’imagerie pour parler de la transformation et de la libération de normes strictes telles que le patriarcat ou la religion. »

Ces pays qui n’existent plus

L’appel ouvert de cette année est particulièrement percutant et porte sur les pays actuellement en passe de perdre leur liberté ainsi que sur ces pays qui n’existent pas, car non reconnus par la communauté internationale. Cette sélection met en valeur la scène photographique européenne et comprend six projets sélectionnés parmi 1 200 candidatures. L’Albanie, la Bosnie, la Moldavie, l’Ukraine sont à l’honneur. Les artistes aborderont des sujets tels que l’histoire difficile du régime albanais (The Great Father de Camilla de Maffei) ou celle de la Bosnie-Herzégovine d’après-guerre (The Real Edges d’Adrien Selbert). An Atlas of Countries That Don’t Exist est un projet du duo artistique italien Lavinia Parlamenti et Manfredi Pantanella, qui s’intéresse à cinq régions dont l’indépendance et l’identité n’ont pas été reconnues au niveau international. Maria Gutu construit à partir du lien entre les habitant·es de la Moldavie et leur territoire, confronté à l’émigration croissante des jeunes. Mykhaylo Palinchak porte la voix de tous·tes les Ukrainien·nes et se penche sur l’écho permanente des sirènes. Un rappel constant que nous vivons dans un monde dangereux et en constante évolution.

© Lavinia Parlamenti & Manfredi Pantanella

© Maria Gutu
À lire aussi
Diego Moreno, une empathie pour les monstres
Diego Moreno, une empathie pour les monstres
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. En retravaillant des images d’archives, Diego Moreno fait apparaître…
10 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Srebrenica (nuit à nuit)», portrait d’une génération post-génocide
« Srebrenica (nuit à nuit)», portrait d’une génération post-génocide
En 1995, la guerre de Bosnie-Herzégovine opposant les populations serbes, croates et bosniaques s’achevait. Vingt ans plus tard, la ville…
31 mai 2019   •  
Écrit par Fisheye Magazine

Explorez
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
© Marina Núñez
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
PHotoESPAÑA 2024 investit plusieurs lieux et villes en Espagne et se penche sur le thème du mouvement permanent. L’exposition collective...
07 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
© Quentin Fromont
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
Dans Croupir dans la chaleur des autres, Quentin Fromont entreprend un voyage halluciné au cœur d'un littoral sensuel, où les corps...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas