Diego Moreno, une empathie pour les monstres

10 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Diego Moreno, une empathie pour les monstres

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. En retravaillant des images d’archives, Diego Moreno fait apparaître des monstres, reflets des violences silencieuses de notre monde.

Né à Chiapas, au sud du Mexique, « dans un lieu de convergences et de contrastes entre les cultures et traditions préhispaniques et contemporaines, où les nouvelles représentations des communautés sont en perpétuelle transformation », Diego Moreno a grandi en s’abreuvant de cet héritage multiple. Migrations, conflits politiques, syncrétisme… Au cœur de cette mosaïque chaotique, les figures religieuses croisent les interrogations modernes, et donnent naissance à des réalités complexes et hybrides – sortes de créatures sombres et tentaculaires que l’artiste utilise comme une énergie créatrice.

C’est à l’adolescence qu’il découvre le médium photographique, venant d’une famille pour qui l’art est une discipline obscure. « J’étais perturbé par la violence domestique que je subissais. La photo s’est imposée comme un moyen de générer une autre image de moi-même. Car, dans mon environnement, j’étais non civilisé, je portais en moi trop de conflits identitaires », se souvient l’auteur. Qualifiant aujourd’hui sa création de « défiante, rebelle, ironique et profondément émouvante », Diego Moreno ne cesse de puiser dans la douleur qui l’a construit pour imaginer un univers horrifique et fantastique aux frontières du nôtre. Un monde où les monstres errent en liberté et corrompent les corps ordinaires, où les visages se déforment pour laisser apparaître la véritable angoisse, la véritable laideur – celle de l’intérieur.

© Diego Moreno

Ce sont les humains qui sont faux

À l’aide d’archives, qu’il reproduit et imprime sur du papier de coton et de bambou pour mieux se les réapproprier, Diego Moreno dessine, encre à l’aide de crayons, marqueurs, huiles, chlore, vinaigre ou encore graphite, des démons dans l’ordinaire. « J’ai commencé à travailler ainsi pour créer des réalités alternatives basées sur mon obsession et ma fascination pour l’anomalie. J’étais inspiré par les visions apocalyptiques de la religion catholique, que je suis depuis mes douze ans − j’étais un enfant de chœur », confie-t-il. Une éducation devenue cause de souffrance, puisque le photographe est rapidement stigmatisé en raison de son orientation sexuelle. « Jouer avec l’archive me permet de construire un espace où la culpabilité n’existe pas. Mais je rends aussi hommage à l’album de famille : un artefact fictif de nos vies permettant de conserver l’identité dans le temps, tout en reflétant, en parallèle, les violences silencieuses causées par l’Église et la famille », explique-t-il.

Alors, à l’aide de son instinct et de sa sensibilité, Diego Moreno peint sur les corps des figures inhumaines, instaure la peur et l’inconnu dans le banal. Un geste cathartique, lui permettant de faire face à ses propres craintes, tout en donnant à voir sa vision singulière du grotesque. « Au cours de mon existence, le monstrueux et l’anormal étaient les seules notions qui me touchaient, à cause du rejet que je subissais. Enfant, je souhaitais plus que tout être normal, moins sensible, pour ne plus avoir aussi mal. Mais c’était impossible. Je trouvais alors refuge dans mon imaginaire. Les monstres sont ainsi devenus des amis qui tenaient compagnie à mon âme solitaire », ajoute-t-il. Car repoussantes, effrayantes, les créatures des œuvres de Diego Moreno inspirent la fuite et le dégout – des sensations qu’il ne connait que trop bien. En incluant ces êtres étranges dans ses clichés, il propose une autre lecture de son histoire. Un récit où les marginaux prennent le dessus, se révèlent en dépit des réticences, dans une sincérité étonnante. « Les monstres ne prétendent pas être quelque chose d’autre. Ce sont les humains qui sont faux », déclare l’artiste.

© Diego Moreno© Diego Moreno

Déconstruire les normes

Mais plus qu’un conte personnel, le travail de Diego Moreno fait écho à l’héritage culturel et historique de son pays. « Le Mexique a construit son sens de l’humour grâce à la tragédie. Il y a ici une tendance millénaire à transformer le tragique en drôlerie, et je pense que celle-ci est fondamentale lorsqu’on souhaite toucher à des sujets inconfortables. Il me semble nécessaire d’aborder des sujets tels que l’homophobie ou la violence, et j’aime utiliser l’ironie pour en parler de manière plus universelle », explique-t-il. En choisissant de s’éloigner d’une représentation réaliste, l’auteur parvient à construire un projet aux nuances multiples, aux ramifications profondes, abordant différentes thématiques : la famille, la religion, la sexualité, l’aliénation… Autant de notions qui permettent de replacer son œuvre dans un contexte sociétal, anthropologique ou même identitaire. « J’entends exposer le système qui nous blesse en secret. Mon travail interroge et déconstruit les normes spirituelles, culturelles et intimes auxquelles nous sommes censées appartenir », poursuit-il.

Doigts crochus, faciès cornus, silhouettes sombres planant au-dessus de figures heureuses, mares ensanglantées, masques au bec pointu… Les apparitions de l’auteur deviennent ainsi des allégories poignantes. Autant d’illustrations de l’inconnu, de « l’autre » – celui que l’on n’accepte pas, celui que l’on s’entête à repousser. Ce mal qui nous ronge, dont les griffes enserrent nos épaules, dont la présence transforme nos rêves en cauchemars. Loin de construire un simple abécédaire horrifique, le photographe esquisse, à l’aide des créations de son inconscient, une véritable critique de notre société. Car si les démons demeurent des créatures qui nous hantent et nous effraient, ne sont-ils pas, finalement, le simple reflet de notre intolérance ?

© Diego Moreno© Diego Moreno

© Diego Moreno

© Diego Moreno© Diego Moreno

© Diego Moreno

© Diego Moreno

Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin