Luigi Ghirri, un voyage avec les yeux

Luigi Ghirri, un voyage avec les yeux

Le Jeu de paume accueille jusqu’au 2 juin 2019 Cartes et Territoires, la première rétrospective de l’œuvre de Luigi Ghirri présentée à Paris. Un panorama coloré qui joue avec les frontières de l’image.

L’Italien Luigi Ghirri (1943-1992) se lance dans la photographie au début des années 1970, à l’âge de 27 ans, après avoir été géomètre et cartographe pendant dix ans. Ses premiers pas dans la photographie coïncident avec le boom de la photographie en couleur répandue par Kodak. À l’époque, les photographes auteurs se concentraient sur le noir et blanc, et la photographie couleur était réservée aux domaines du commercial, de la publicité et aux amateurs. « Mes photographies sont en couleur parce que le monde réel n’est pas en noir et blanc », argumentait le photographe-géomètre. Luigi Ghirri a réalisé ses photographies à l’époque où Andy Warhol révolutionnait la culture pop avec ses créations à la frontière entre l’art et la publicité. Loin des jugements esthétiques, il a rejoint et s’est approprié ce mouvement de démocratisation du 8ᵉ art. Il arpentait les rues, places et faubourgs de Modène avec son boîtier. Ses prises de vue se caractérisent par des lignes simples mais puissantes, de jeux avec les échelles et les perspectives, de superpositions d’images. Luigi Ghirri compose une cartographie visuelle de sa ville tout en interrogeant la nature du médium photographique et de notre rapport aux images. En photographiant des affiches, il crée des mises en abîme, et s’attarde sur la façon dont celles-ci s’insèrent dans les villes et les paysages. Ses photographies vernaculaires engagent ainsi une réflexion autour des limites de la photographie. Son jeu visuel invite à dépasser les frontières de l’image.

Voyager avec le regard

L’exposition, qui présente quatorze séries thématiques parmi lesquelles les façades de banlieue, les images publicitaires, ou encore des parcs d’attractions, est l’occasion de vivre cette aventure des yeux qu’est la photographie. Pour Luigi Ghirri, « le seul voyage possible se situe dans les signes et dans les images ». Face à un monde saturé d’images, il conçoit un atlas visuel qu’il faut parcourir d’un œil curieux. Ses lignes de fuite et ses jeux de perspective emportent notre regard, qui zigzague à travers ses compositions. Luigi Ghirri confiait le développement de ses pellicules Kodachrome à un laboratoire grand public de sa ville et réalisait des tirages petit format. Au sein du Jeu de paume, ceux-ci sont encadrés par des maries-louises blanches, un espace blanc retient l’attention. Une ballade entre la réalité et l’illusion s’amorce alors, comme une cartographie pour nos yeux. « Je n’ai pas cherché à faire des photographies, mais des cartes, des mappemondes qui soient aussi des photographies », soutenait-il. À travers son œuvre, il transforme la photographie en objet d’art et questionne la pratique. Ses images deviennent ainsi une « grande aventure dans le monde de la pensée et du regard », se prêtant à la reproduction mais aussi à la réinvention du monde visible. Avec ce parcours, Luigi Ghirri efface les frontières entre le réel et sa représentation : « la réalité devient une photographie colossale tandis que le photomontage est déjà là : c’est le monde réel. »

© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri
© Succession Luigi Ghirri© Succession Luigi Ghirri

© Succession Luigi Ghirri

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill