Malacontia

25 juillet 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Malacontia
Du jour au lendemain, la mère de Carlos Ruano a déménagé dans un petit village de la province de Leon qui leur était totalement inconnu. Pour s’approprier ce lieu, le photographe a capturé ses coins et recoins.

Brut et tendre”, ce sont les mots du photographe Jesús Micó pour qualifier le travail de Carlos Ruano Hervás. Diplômé de photo et de graphisme aux Beaux-Arts de Madrid, l’artiste espagnol livre un travail très poétique sur le village de Maragatería, dans la province de Leon en Espagne. “En 2010, ma mère a déménagé en urgence. Ni elle ni moi ne connaissions le lieu où elle allait vivre.”

L’un des enseignements d’un de ses professeurs lui alors revient en tête : il faut photographier le silence pour mieux le montrer aux autres. Le projet Malacontia a été très inspiré de cette leçon. Marqué par l’univers du romancier Gabriel Garcia Marquez, Carlos a aussi souhaité explorer l’esthétique du “documentaire fantastique”.

© Carlos Ruano
Image tirée de la série “Malacontia” / © Carlos Ruano Hervas

Depuis que sa mère vit à Maragatería, le photographe passe une grande partie de son temps dans ce village suspendu au silence. “Pour Malacontia, j’ai capturé tout ce que je croisais au cours de mes longues balades avec ma mère. Même si les photos ont été prises dans des lieux en particulier, cette série pourrait avoir été réalisée n’importe où dans le monde.” Et si le projet a commencé comme un jeu, pour essayer de comprendre ce qui avait attiré sa mère dans cette région inconnue, il signifie aujourd’hui beaucoup pour son auteur : “Il s’agit d’une cartographie émotionnelle qui témoigne de l’imperfection de ces lieux.”

Image tirée de la série "Malacontia" / © Carlos Ruano
Image tirée de la série “Malacontia” / © Carlos Ruano Hervas

Parmi les photos, on trouve un portrait de sa mère, nue qui touche particulièrement Carlos puisqu’elle est à l’origine de cette série. Aujourd’hui, le photographe travaille à un nouveau projet, intitulé Unfinished Places, sur les constructions chimériques, jamais achevées à la frontière entre l’architecture et la sculpture.

CarlosRuano_Malacontia_01CarlosRuano_Malacontia_02CarlosRuano_Malacontia_03CarlosRuano_Malacontia_04CarlosRuano_Malacontia_05CarlosRuano_Malacontia_06CarlosRuano_Malacontia_07CarlosRuano_Malacontia_08CarlosRuano_Malacontia_09CarlosRuano_Malacontia_11CarlosRuano_Malacontia_12CarlosRuano_Malacontia_13CarlosRuano_Malacontia_14CarlosRuano_Malacontia_15

En (sa)voir plus

→ L’intégralité de la série est à retrouver ici

→ Son site web

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas