« Meeting Sheila » : l’histoire d’une rencontre entre une photographe et sa mère

22 juin 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
"Meeting Sheila" : l'histoire d'une rencontre entre une photographe et sa mère

En 2015, la photographe Ashley Comer, 24 ans, rencontre pour la première fois sa mère biologique. Elles passent plusieurs jours ensemble, au cours desquels Ashley va documenter cette nouvelle relation. Ses images dévoilent une complicité naissante, dont la photographie se fait l’écho et le médium. Meeting Sheila est une série simple et touchante. C’est aussi pour Ashley une manière d’appréhender en images une réalité sur laquelle elle s’exprime avec pudeur. Entretien.

Fisheye Magazine : Qui est Sheila ? Comment l’as-tu rencontrée ?

Ashley Comer

: Sheila est ma mère biologique. Je l’ai rencontrée au printemps 2015. J’avais 22 ans. C’est grâce à mes parents adoptifs que j’ai découvert son identité. J’avais envie de connaître mon histoire biologique, et ils ont retrouvé un document sur lequel figuraient les prénoms de mes géniteurs, ainsi que quelques informations formelles sur eux deux. Ca a attisé ma curiosité, alors j’ai contacté l’agence d’adoption. Ils ont découvert que Sheila vivait en Floride, c’est-à-dire l’état à côté du miens, la Géorgie. Je lui ai écris une lettre, puis je lui ai téléphone et nous avons convenu d’une rencontre, chez elle.

© Ashley Comer© Ashley Comer
© Ashley Comer

Quelle impression t’a laissé votre première rencontre ?

Sheila est une personne énergique, fun et très attachante. Elle se définit comme une red-neck, elle adore être dehors et elle est passionné par les voitures. Elle travaille sur des chantiers de construction et c’est l’une des rares femmes travaillant sur le terrain.

Quelle est son histoire ?

Sheila a grandi en Allemagne, car son père travaillait dans l’armée. Puis elle est revenue vivre aux États-Unis et s’est installée dans le Massachusetts, où je suis née. Elle a eu un fils avant moi, puis un autre après ma naissance. Sa vie a été dure mais elle conserve un optimisme à toute épreuve. Elle est aussi très spirituelle. Elle a déménagé en Floride sur un coup de tête; malgré les longs trajets pour le travail, elle y vit simplement, elle est heureuse.

© Ashley Comer
© Ashley Comer
© Ashley Comer
© Ashley Comer

Quand as-tu commencé à la photographier ? Et pendant combien de temps ?

J’ai commencé le premier week-end que nous avons passé ensemble. Au départ, c’était très candide. En tout, j’ai passé quatre week-end consécutifs avec Sheila. Nous avons organisé les prises de vue ensemble, au fur et à mesure que nous nous sentions à l’aise toutes les deux.

Pourquoi était-il nécessaire pour toi de la photographier ? D’ailleurs, comment a-t-elle accueilli ta démarche ?

Nous nous sommes rencontrés pendant mon dernier semestre à l’université. Pour achever le cursus, il fallait se consacrer à gros projet de fin d’étude. J’ai décidé que ce serait ma rencontre avec Sheila. Ça a été une très belle manière de créer du lien entre nous. Et aussi de faire face à ce qui arrivait dans ma vie. Elle nous a accueilli, mon appareil et moi, les bras ouverts. Sheila aime la photographie, d’ailleurs elle s’intéresse beaucoup à l’art en général.

Tu apparais aussi à ses côtés sur certaines images…

Oui, et ses images s’articulent dans la série de manière différente que les photos où Sheila pose seule. Ces clichés capturent mon état d’esprit pendant cette période. Ils préservent la mémoire de ces moments.

© Ashley Comer
© Ashley Comer
© Ashley Comer
© Ashley Comer

En tant que photographe, quelle importance revêt cette série dans l’ensemble de ton travail ?

Ce projet n’aurait clairement pas été le même si je ne l’avais pas abordé de cette manière. Étant photographe, je n’ai pas juste penser à moi, mais aussi aux spectateurs qui découvriraient ce travail pour la première fois. J’ai voulu faire ressortir de cette expérience un message visuel et émotionnel universel.

Quelle est ton image favorite de Meeting Sheila ?

Celle où Sheila et moi sommes allongées dehors, dans un rayon de soleil. Je trouve que cette image contient toute l’expérience de notre première rencontre. Je garde aussi un beau souvenir de ce moment particulier, car des amis se sont démenés pour parvenir à préserver cette lumière.

Qu’est-ce que ça fait, de pouvoir se lier ainsi à quelqu’un, grâce à la photographie ?

C’est un privilège !

© Ashley Comer
© Ashley Comer

© Ashley Comer

Images par © Ashley Comer

 

 

 

 

 

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 11 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill