Mélancolie d’Hippocrate

09 août 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Mélancolie d'Hippocrate

La source d’inspiration du photographe italien Cristiano Volk ? Hippocrate et sa théorie des humeurs. Avec sa série Mélaina Cholé, l’artiste démontre que la mélancolie est un visage de la dépression.

Toujours fatigué, envie de rien… Hippocrate décrivait déjà ces symptômes dans l’Antiquité. En France, près de 3 millions de personnes sont touchées par la dépression. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’ici 2030, la dépression pourrait même devenir la maladie la plus répandue au monde. Voici le sujet qu’a choisi de traiter Cristiano Volk, un photographe italien qui vit et travaille dans la petite ville de Staranzano, située au nord-est de l’Italie. Mélaina Cholé est avant tout un projet personnel : Cristiano Volk a pendant longtemps souffert de dépression et essaye encore aujourd’hui de guérir. Et, afin de prolonger ou du moins compléter son récit personnel, il a convoqué Hippocrate et sa théorie des humeurs. Développée par Hippocrate entre 460 et 370 av. J.-C., cette doctrine a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de la médecine. Selon la définition de l’Encyclopédie Universalis, la théorie « considère que la santé de l’âme comme celle du corps réside dans l’équilibre des humeurs — sang, phlegme, bile jaune, bile noire — et des qualités physiques — chaud, froid, sec, humide — qui les accompagnent. Toute maladie, due à un dérèglement du jeu de ces éléments, est ainsi susceptible d’une explication purement physique. C’est à une telle causalité que l’Antiquité recourt pour rendre compte notamment de la mélancolie ». Si cette approche a par la suite été discréditée, elle a eu une grande influence sur le domaine artistique. © Cristiano Volk

Un outil de guérison

« La photographie, pour moi ? C’est observer le monde avec des yeux différents. J’adore me concentrer sur des détails que les gens ne remarquent pas. Je dirai que je développe une approche instinctive même si j’ai le sentiment de devenir de plus en plus rationnel », confie le photographe italien. Pour réaliser Mélaina Cholé, ce dernier s’est entre autres approprié des archives qu’il a photographié avec un objectif macro. « Je me suis ainsi focalisé sur des personnes, des gestes et des éléments de la nature », précise-t-il. La terre vue depuis l’espace, des cellules du corps humain ou encore des visages d’inconnus, Cristiano Volk a interprété à sa manière la théorie des humeurs et livre ici sa définition de la mélancolie. « Elle est un sentiment de tristesse, mais aussi une forme grave de dépression, rappelle-t-il. Cette série m’a permis de m’exprimer en toute liberté, avec passion et émotion », poursuit-il. La photographie serait-elle un outil de guérison ? Difficile à évaluer mais Cristiano Volk aura réussi à traiter la dépression avec poésie.

© Cristiano Volk© Cristiano Volk
© Cristiano Volk© Cristiano Volk
© Cristiano Volk© Cristiano Volk
© Cristiano Volk© Cristiano Volk

© Cristiano Volk

Explorez
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet