Melody Melamed : corps, peaux, âmes

23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed

Inspirée par une utopie où tout ne serait qu’harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux, silhouettes et paysages esquissent une carte d’un territoire fait de matières, de grâce et d’acception de soi.

Dans son roman Lost Horizon, James Hilton imagine un lieu de vie coupé du reste du monde, dans les montagnes escarpées du Tibet, où tout ne serait qu’harmonie entre les êtres et l’univers. Cette société utopique, qu’il baptise Shangri-La, est celle dont s’est inspirée la photographe Melody Melamed afin de composer son ouvrage Shangri-La: The Book of Skin, édité par Kris Graves Projects. Armée d’un regard philosophique, elle a à son tour imaginé un espace où les corps et les peaux dialoguent en osmose avec la nature. « Je photographie la peau ainsi que l’environnement qui nous entoure en alternant les diptyques et les portraits afin d’imiter la relation privilégiée que nous entretenons avec cette Terre que nous habitons. Nos corps queers imitent et reflètent le perfectionnisme de la nature pour nous rappeler que nous sommes connecté·es à elle, et que nous en sommes issu·es », explique-t-elle.

Originaire de Los Angeles et titulaire d’un diplôme de l’UCLA ainsi que d’un master en photographie, vidéo et médias de la School of Visual Arts de New York, Melody Melamed explore les notions d’identité de genre, de sexualité et de dualité entre masculinité et féminité. Dans Shangri-La: The Book of Skin, elle aborde le concept d’euphorie de genre, une vision positive de l’exploration de l’identité transgenre ou non binaire. Souhaitant créer un « répertoire de l’euphorie queer », elle collabore avec divers·es ami·es et membres de sa communauté et élabore une série qui répond à ses interrogations : « Quand nous parlons d’euphorie, que cherchons-nous ? Un sentiment dans le corps, ou dans l’esprit ? Peut-être les deux. Comment notre identité définit-elle notre sens de l’euphorie ? Que nous disent nos corps, notre peau, sur qui nous sommes et comment nous nous tenons fort·e·s en nous-mêmes ? »

La peau est un organe pensant

De toutes ces réflexions naissent des images où le genre (souvent source d’aliénation, de contrainte ou de saturation) s’efface pour laisser place à une acceptation des corps et des peaux, véritables expressions de l’essence des êtres. L’environnement qui entoure les corps humains devient alors complice de ce qui les meut. « Le travail se concentre sur la peau et le rôle qu’elle joue dans notre existence. En me référant au livre de l’auteur britannique Steven Connor, dont le nom (The Book of Skin) a inspiré mon projet, j’explore les multiples fonctions de la peau dans les cultures occidentales. J’adopte essentiellement la théorie de l’auteur selon laquelle la peau est un organe pensant et une forme de pensée en soi. “Pensez à quel point il est difficile de penser sans toucher votre peau”, écrit Connor, “Votre doigt sur vos lèvres, par exemple. Vous vous touchez, vous vous sentez et vous vous sentez en train de vous sentir. Vous êtes simultanément un objet dans le monde et un sujet qui se donne naissance à lui-même en avançant pour rencontrer le monde dans cet objet.” Dans cette observation des corps changeants en dialogue avec la nature – également changeante –, nous réalisons à quel point il est difficile de penser à la peau comme une simple matière parce que, comme je le suggère, la peau est ce avec quoi nous pensons », ajoute l’artiste.

Une fois mises à nu, les peaux plurielles deviennent toiles, cristallisent les joies, les traumatismes et les histoires visibles ou imperceptibles des personnes photographiées. Les plaies ainsi que les cicatrices s’invitent dans le paysage, elles sont signe de vie. Il n’y a pas de gêne, car le regard des autres n’a plus d’incidence négative. il est gage de bienveillance. Douceur et volupté s’entremêlent dans les fruits qui poussent sur les arbres, dans les poils qui protègent l’aisselle, et dans la glaise qui compose le sol. Les saisons, tout comme les nuages, traversent les pages pendant que les corps évoluent, se transforment. Ode à l’acceptation de soi, Shangri-La: The Book of Skin nous rappelle que c’est dans et par notre corps que nous nous inscrivons dans le monde et que nous rencontrons autrui. Il nous est donné de l’honorer, jusqu’à ce que l’on s’évanouisse dans la nature.

© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed

© Melody Melamed
© Melody Melamed
© Melody Melamed

© Melody Melamed

À lire aussi
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
© Michael Oliver Love
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
Le dernier numéro de Fisheye, Fiertés, arrive très prochainement dans les kiosques et sur le store. Porté par la pride, le magazine…
06 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Zanele Muholi : tendres portraits et féroces batailles
Zanele Muholi : tendres portraits et féroces batailles
Jusqu’au 21 mai 2023, la Maison européenne de la photographie accueille la rétrospective de Zanele Muholi, artiste et activiste. Une…
06 février 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
© Laura Lafon & Kacim Sonofawitch
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
Lancé en 2019, le collectif Lusted Men a récolté, en cinq ans, les images de plus de 800 photographes différent·es. Une collection...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ? © Michael Oliver Love
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
04 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas