Mohamed Bourouissa, hors frontières

04 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Mohamed Bourouissa, hors frontières
Mohamed Bourouissa, Bracelet électronique, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Portrait de Mohamed Bourouissa © Adeline Rapon

Depuis plus de quinze ans, l’artiste et photographe franco-algérien Mohamed Bourouissa interroge, par une multitude d’expressions artistiques, notre société, ses mécanismes et ses inégalités. Le Palais de Tokyo lui consacre une exposition rétrospective, une première en France dans une institution nationale. Cet article, signé Michaël Naulin, est à retrouver en intégralité dans notre dernier numéro.

Sweat-shirt noir à capuche tâché de peinture et cigarette à la bouche, Mohamed Bourouissa nous accueille dans son atelier de Gennevilliers sous le bruit de la ponceuse. Sa petite équipe finalise l’exposition Signal au Palais de Tokyo, rassemblant quinze ans de ses travaux. Pas vraiment une rétrospective, plutôt une démonstration de la « méthode Bourouissa », où l’œuvre n’est jamais totalement finie mais se transforme avec le temps et les projets. 

Dans son bureau, son « bordel », une toile jonche le sol, la peinture a un peu éclaboussé les murs, les plans de la prochaine exposition sont étalés sur les parois du contreplaqué. « C’est à l’image de mon cerveau, chaotique », plaisante-t-il. Dans un coin de ce bazar organisé, une exception : la bibliothèque et ses livres bien rangés. On y trouve les influences de Mohamed Bourouissa, ses inspirations, ses « obsessions ». Des entretiens avec Henri Cartier-Bresson côtoient La Prochaine fois, le feu de l’artiste franco-sénégalais Alexandre Diop. Un peu plus bas, le recueil Artistes africains : de 1882 à aujourd’hui précède L’Art urbain édité par le Palais de Tokyo ou encore New Waves de Marta Gnyp, regroupant des entretiens avec les grands noms de l’art contemporain, dont lui-même.

Mohamed Bourouissa, L’impasse, de la série Périphérique, 2007 Collection MEP, Paris. Œuvre acquise en 2008 grâce au soutien de la Fondation Neuflize Vie © Mohamed Bourouissa – Courtesy de l’artiste et de Mennour, Paris
Mohamed Bourouissa, Sans Titre, 2013, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023

Le plasticien franco-algérien refuse les frontières, ne veut pas être classé, catalogué, étiqueté. Éduqué par le dessin, la culture rap et le graffiti, il est peintre, photographe, vidéaste, sculpteur, metteur en scène, musicien… Pas avare de punchlines, l’esprit vif, il se défend de vouloir « cocher toutes les cases » de la création artistique. Lui cherche avant tout l’expérience et le partage. Sa carrière artistique ? « Elle a commencé quand j’avais 6 ans ». Né à Blida, en Algérie, en 1978, puis arrivé en France enfant, Mohamed Bourouissa se rêve déjà peintre. Nourri aux mangas et aux comics, il découvre dans le dessin un moyen d’expression et d’échange, d’abord avec ses amis de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine. Ce sera ensuite sur les murs, à coups de graff, sous le pseudo de Meko, avec son crew EP4. Quand il en parle, c’est avec un grand sourire et les yeux qui brillent. « Le crew existe encore, c’est incroyable ! J’ai retrouvé un graff d’EP4 près de chez moi, ça m’a fait rire », s’amuse-t-il. 

Images en tension

Entre les bancs de Paris-I Sorbonne et des Arts déco, il croise rapidement la route de la photographie. Resurgissent les souvenirs d’enfance d’une tante « qui adorait prendre tout le temps des photos » et des heures passées le nez fourré dans « des sacs entiers de photographies de famille »« En venant du dessin et de la peinture, la photographie amenait cette dimension instantanée », décrit-il. Mais le vrai déclic vient d’une amie, Anoushkashoot. Elle lui fait découvrir le travail du photographe américain Jamel Shabazz. Témoin d’une époque, d’un style du New York des années 1980, celui de Harlem et du Bronx, d’une identité des marges, d’une culture de la rue. Il devient le modèle, « la madeleine de Proust », de Bourouissa. « Shabazz montre les gens comme ils sont, dans leurs attitudes, dans leurs styles, dans leur identité, dans leur culture. » Même émotion devant les photos d’un August Sander ou d’une Diane Arbus. « Je retrouve chez eux cette rigueur dans la façon de faire poser les gens, de les mettre en scène dans une forme de dignité. » 

La suite de cet article est à retrouver dans Fisheye #64.

À lire aussi
Revoir Van Eyck, ces tableaux magistraux qui inspirent les photographes de Fisheye
© Romina Ressia
Revoir Van Eyck, ces tableaux magistraux qui inspirent les photographes de Fisheye
Pour aborder des sujets qui leur sont chers, un certain nombre d’artistes s’inspire de la peinture. À l’occasion de Revoir Van…
12 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période…
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas