Mous Lamrabat et la rencontre jubilatoire entre deux mondes

09 juin 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Mous Lamrabat et la rencontre jubilatoire entre deux mondes

Jusqu’au 27 août, la galerie toulousaine Le Château d’Eau, en collaboration avec la Galerie Loft Art de Casablanca, accueille l’œuvre de Mous Lamrabat, photographe maroco-belge dont les créations colorées empruntent à la mode et à la pop culture comme aux mondes occidental et oriental.

« Mous Lamrabat est un coloriste indéniable. Il est très pertinent par rapport à notre époque, et totalement conscient du fait que même s’il pratique la photographie de mode, cet univers a changé. Aujourd’hui, nous sommes fier·es et heureux·ses d’accueillir sa première exposition importante en France », déclare Christian Caujolle, conseiller artistique de la Galerie du Château d’Eau. Sur les murs, derrière lui, les couleurs vives des œuvres de l’auteur maroco-belge attirent déjà le regard. Tons soutenus, panoramas exotiques, tenues somptueuses, tissus d’une douceur infinie… Avec une aisance et une légèreté déconcertantes, Mous Lamrabat érige, dans chaque cliché, des odes singulières à sa double culture et joue avec nos visions et nos a priori du luxe.

Car, comme Christian Caujolle le rappelle, mode et photographie sont toujours allées de pair. Depuis une trentaine d’années, cependant, leur relation évolue, tandis que les grandes maisons – Dior, Chanel, Louis Vuitton, etc. – deviennent des monstres tentaculaires. Dans notre société mondialisée et ultra-connectée, les marques prennent le pas sur les designers, et la standardisation domine. Les logos s’impriment sur les vêtements, comme des uniformes qu’il nous faut revêtir. Pourtant, de cette unification, l’auteur fait émerger des créations ludiques. « J’ai grandi au Maroc, tout en étant très influencé par la pop culture. J’ai toujours eu l’impression de vivre entre deux mondes, sans vraiment appartenir à l’un d’eux précisément… Pourtant, ce que tout le monde souhaite, c’est trouver sa place », confie-t-il. Petit à petit, en autodidacte, il imagine un univers peuplé de marques détournées, de couleurs vives et d’une énergie pétillante. Un univers au sein duquel il découvre, enfin, son foyer.

© Mous Lamrabat

« Tu racontes qui je suis »

« Je veux donner à voir de l’agréable, du positif, du bariolé. Ajouter des éléments qui ne proviennent pas du monde occidental, proposer différentes pistes de lectures. Si les logos attirent d’abord l’attention, on peut aussi voir des messages derrière leur présence. Tromper le·a spectateurice, en quelque sorte », explique Mous Lamrabat. Et pour mieux nous perdre, ce dernier préfère garder le silence, nous laisser tirer nos propres conclusions. Ses gants Louis Vuitton sont-ils des contrefaçons ? D’où proviennent les boucles d’oreilles au M doré, symbole de célèbre fast food ? Cette djellaba Nike existe-t-elle vraiment ? Et finalement, est-ce important ? En jouant avec des accessoires évoquant le luxe, l’artiste nous renvoie à nos propres idéaux, à nos propres attentes. Car lorsque l’interrogation s’efface, la beauté reste. Elle se pose sur les reflets brillants des voiles de soie, sur le velouté de la peau d’un·e modèle, ou même sur l’horizon, au loin, qui semble conférer aux sujets une aura gigantesque. Elle déclenche l’émerveillement et unit les cultures comme les inconnu·es. « Je vois le nombre de personnes touchées par ce que je fais, et c’est pour cela que je créer. Un jour, quelqu’un est venu me voir, et m’a dit : “Tu racontes qui je suis, au lieu du monde qui me le dicte” », confie Mous Lamrabat. Alors, en hommage à celles et ceux qui, comme lui, ont grandi dans un entre-deux déconcertant, à celles et ceux dont la richesse culturelle est parfois passée sous silence, dont l’héritage n’est pas suffisamment mis en valeur, il crée. À l’image du hip-hop des années 1990, dont les compositions rythment ses shootings, Mous Lamrabat ne cesse d’affirmer : « Ce monde ne nous appartient pas, mais faisons-le nôtre. »

© Mous Lamrabat© Mous Lamrabat

© Mous Lamrabat

© Mous Lamrabat© Mous Lamrabat

© Mous Lamrabat / Courtesy of Loft Art Gallery

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet