Noah Pharrell : les mondes parallèles des millennials

Noah Pharrell : les mondes parallèles des millennials

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Inspirée par les films des années 1990, 2000, la photographe et cinéaste, Noah Pharrell crée, à l’aide d’une intelligence artificielle, les portraits de cette génération réinventée.

Née dans les Asturies en Espagne, Noah Pharrell s’est éprise de la photographie de façon complètement hasardeuse. Tel un éclair, la vue d’une couverture de magazine de mode espagnole réalisée par Txema Yeste l’a happée vers le 8e art pour ne jamais la quitter. Aujourd’hui photographe et cinéaste, elle oscille entre commandes, projets personnels et s’essaie depuis peu à l’intelligence artificielle pour réaliser des images à l’esthétique nineties marquée. « J’ai plongé tête la première dans l’expérimentation, perdant complètement la notion du temps. Les heures se sont rapidement transformées en jours et, avant même que je m’en rende compte, quelques mois s’étaient écoulés. Grâce à cela, je me sentais à nouveau tellement muée par la créativité, débordant d’envie de donner vie à mes idées », raconte-t-elle.

© Noah Pharrell

© Noah Pharrell

Dans l’imaginaire millennials

Pour obtenir une image qui la satisfait, il lui faut en moyenne quatre à cinq heures de travail avec l’intelligence artificielle. Planter le décor idéal, construire graphiquement ses détails, ses arrière-plans, ses coloris, ses visages, et enfin un passage sur Photoshop. Une démarche artistiquement proche de son rituel photographique. Ne reniant pas son univers visuel d’origine, elle s’amuse à construire un monde parallèle, influencé par l’imagerie populaire lycéenne des années 1990 et début 2000. Toile de fond de tous ses portraits, la génération des millennials – sa génération – se dévoile dans ses moues muettes, ses traits fluets, ses rêves de grands amours et de joies éphémères. « Mes photos ont toujours été mon moyen d’échapper à la réalité dans laquelle je vis. Elles sont comme ces mondes imaginaires qui vivent dans mon esprit, qui stimulent mes envies ».

Remises de diplômes, vacances à la plage, bal de fin d’années, photomatons d’après-midi entre ami·es, puis les grandes désillusions en perspective. Les petits récits de Noah Pharrell sonnent l’insouciance adolescente et infusent à la manière d’Euphoria, leur dose de nostalgie sombre et enchanteresse. Pour autant, elle nous donne aussi à voir un pan plus critique de l’idéal de beauté. Car ici, tout paraît sensiblement parfait, rien ne dépasse ni fait tache. Le fruit d’un imaginaire visuel chargé de stéréotypes, duquel l’IA s’est nourrie. « Je n’ai jamais été une adepte des retouches excessives au point de perdre ce côté naturel qui fait de nous ce que nous sommes. Je comprends tout à fait le débat sur l’IA et la façon dont elle change rapidement la donne. Il est essentiel de trouver un moyen d’empêcher les images trompeuses de perturber notre réalité. Tout progrès doit s’accompagner d’une dose égale de croissance culturelle et mentale de la part de la société. Nous devons améliorer notre état d’esprit comme nous améliorons notre technologie », avoue-t-elle. Des créations récréatives qui nous transportent allègrement.

© Noah Pharrell

© Noah Pharrell© Noah Pharrell
© Noah Pharrell© Noah Pharrell

© Noah Pharrell

© Noah Pharrell© Noah Pharrell
© Noah Pharrell© Noah Pharrell

© Noah Pharrell

© Noah Pharrell© Noah Pharrell
© Noah Pharrell© Noah Pharrell

© Noah Pharrell

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet