Paul Cupido, SMITH, Alice Mann… Suivez notre guide pour ne rien manquer de Paris Photo !

12 novembre 2021   •  
Écrit par Ana Corderot
Paul Cupido, SMITH, Alice Mann... Suivez notre guide pour ne rien manquer de Paris Photo !

L’édition 2021 de Paris Photo a commencé, avec, comme chaque année, des invités de marque. Nichée sous les verrières du Grand Palais éphémère, située au Champ-de-Mars face à la tour Eiffel, la foire internationale ouvre ses portes jusqu’au 14 novembre, et voici quelques artistes exposé·e·s à ne pas manquer !

Paul Cupido – Galerie Bildhalle

Amours sous pleine lune, corps étoilés et nature chatoyante… Les créations oniriques de Paul Cupido savent toujours autant nous transporter. Inspiré par l’art et la philosophie japonaise, il crée, avec une mélancolie touchante, des petits poèmes visuels qui réchauffent et adoucissent nos cœurs.

© Paul Cupido

© Paul Cupido / Courtesy Galerie Bildhalle

SMITH − Galerie Les Filles du Calvaire

À l’affiche des 52es Rencontres d’Arles et présent à Deauville à l’occasion de Planches Contact, SMITH revient marquer nos esprits sur les cimaises de Paris Photo. Mue par des interrogations tant philosophiques qu’existentielles, l’artiste s’aventure dans les frontières de l’être et du genre pout créer une œuvre intensément libre.

© SMITH / Courtesy galerie les Filles du Calvaire

© SMITH / Galerie les Filles du Calvaire

Anastasia Samoylova − Galerie Caroline O’Breen

À la croisée des outils numériques, l’œuvre d’Anastasia Samoylova propose une relecture du paysage contemporain. Dans ses créations dynamiques, mêlant collages photographiques, 3D ou 2D, elle compose un univers ludique, coloré et interroge notre perception du réel.

© Anastasia Samoylova

© Anastasia Samoylova / Courtesy Galerie Caroline O’Breen

Maisie Cousins − Tj Boulting Gallery

Sensuelle, crue et expérimentale, l’œuvre de Maisie Cousins intrigue et dérange à la fois. Savant mélange de  textures, d’éléments naturels, artificiels ou corporels, ses compostions visuelles nous transportent nolens volens dans les abysses de l’étrange.

© Maisie Cousins, Egg, 2019, Archival inkjet print, 79.3 x 118.9 cm, Maisie Cousins. TJ BOULTING © Maisie Cousins, Egg, 2019, Archival inkjet print, 79.3 x 118.9 cm, Maisie Cousins. TJ BOULTING

Douglas Mandry − Galerie Bildhalle

« Mon travail se développe en constante réaction à la digitalisation de la photographie », annonce Douglas Mandry, photographe et artiste de 30 ans installé à Zurich. Dans ses compositions, desquelles transparait une revendication écologique, il aime créer du neuf à partir de l’ancien. En travaillant ainsi, il propose une vision fantasmée des paysages et invite l’autre à voyager à ses côtés.

© Douglas Mandry

© Douglas Mandry / Galerie Bildhalle

Alice Mann − Afronova Gallery

Pour sa série Drummies, Alice Mann a suivi le quotidien d’une équipe de majorettes de sa ville natale, Cape Town. Dans ce projet, étalé sur plusieurs années, elle a capturé les mutations à la fois physiques et psychologiques de ses sujets, provoquées par le temps. Intime, radieux et juvénile la série d’Alice Mann est d’une joie communicative.

© Alice Mann

© Alice Mann / Courtesy Afronova Gallery

Mark Mahaney − Galerie Kominek

Désert glaçant, soleil absent, neige immaculée… Presque irréels, les paysages capturés par Mark Mahaney dans sa première monographie Polar Night, nous plongent dans le début d’un thriller. Pour cette série, le photographe américain a passé douze jours en Alaska, à Utqiagvik, où la Nuit polaire dure 65 jours. Un périple marqué par le froid glacial et la solitude.

© Mark Mahaney

© Mark Mahaney / Courtesy Galerie Kominek

Sara Punt − Kahmann Gallery

Empruntes de sensualité et de poésie, les créations de Sara Punt sont une ode aux courbes féminines et à ses pluralités. Faite de découpages et de collages, son œuvre, aux accents surréalistes, met en scène des corps dont les mouvements paraissent infinis.

© Sara Punt, Outline, 2020, Archival Pigment print, 90 x 60 cm, Sara Punt, courtesy Kahmann Gallery. KAHMANN

© Sara Punt, Outline, 2020, Archival Pigment print, 90 x 60 cm, Sara Punt, courtesy Kahmann Gallery.

Joana Choumali − Loft Art Gallery

Née en Côte d’Ivoire en 1974, Joana Choumali rend un hommage appuyé à ses origines et sa culture ivoirienne. À travers ses créations visuelles, parées de broderies colorées, elle développe un univers à part, oscillant entre performance sensible et réalisme poignant.

© Joana Choumali

© Joana Choumali / Courtesy Loft Art Gallery

Erwin Olaf – Galerie Rabouan Moussion

Pour la première fois de sa carrière, Erwin Olaf consacre une série à la nature. Il explore dans sa nouvelle série Im Wald le lien que l’homme entretient à son environnement et ouvre une réflexion sur le changement climatique en temps de crise sanitaire. Comme toujours, ses images allient puissance et esthétisme.

© Erwin Olaf, Im Wald, Am Wasserfall, 2020, Pigment on Hahnemühle FineArt Baryta Satin, 160 x 240 cm, Erwin Olaf. Rabouan Moussion

Im Wald © Erwin Olaf / Courtesy Galerie Rabouan Moussion

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill