Peindre le paysage

18 décembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Peindre le paysage

Véritables tableaux photographiques, les Visions passéistes de Nicolas Seurot célèbrent la splendeur de la nature. Une série en résonance avec les œuvres des peintres des siècles derniers.

Après avoir photographié les cow-boys du Texas, Nicolas Seurot s’est tourné vers le fine art. À 46 ans, cet artiste et ancien directeur artistique n’hésite pas à faire évoluer son approche du 8e art, pour construire des projets tout en contraste. « Ma carrière m’a nourri pendant de longues années d’une multitude d’images hétéroclites. Je n’ai pas envie de rester enfermé dans un seul style. Je cherche constamment à créer de nouvelles choses, raconter de belles histoires », explique-t-il.

Shootées au cours de nombreux voyages, sesVisions passéistes proposent une évasion dans la nature méritée. « Les travaux dans les communautés – comme ma série HeeHaw – sont toujours très intenses pour moi, car j’éprouve toujours une immense timidité à photographier l’humain », confie l’artiste. Perdu dans des terres indomptées, en revanche, il prend le temps d’observer l’environnement, et de capter des espaces évoquant une douce nostalgie. À la recherche d’une beauté universelle, il réalise des tableaux photographiques, jouant avec les lumières, les couleurs et les techniques d’impression.

© Nicolas Seurot

Un retour à la nature

« J’intègre à mes images des fonds de différentes matières que je confectionne avant de les imprimer avec des encres pigmentaires sur du papier coton – le plus souvent japonais »,

précise Nicolas Seurot. Une préparation minutieuse lui permettant de créer une collection de photographies ressemblant à s’y méprendre à des peintures. Inspiré par les toiles du 17e au 19e siècle, l’auteur transporte ses panoramas dans un passé pittoresque. Une résonance fascinante entre notre monde moderne et le retour à la nature encouragé par certains artistes du 18e siècle, qui, se distançant du siècle des Lumières, préféraient représenter un monde sauvage plutôt que civilisé.

Alors populaire, la peinture de paysage évoquait le besoin d’une connexion entre l’homme et la terre. Une relation aujourd’hui fragile. Si le photographe salue la dextérité technique de ces artistes : « je pourrais flâner des heures dans les musées à me nourrir des tableaux de Joseph Vernet, Joseph Turner, ou encore François Boucher. Ils possèdent une esthétique hallucinante. La composition, la retranscription des lumières sont telles que ces peintres sont à leur manière des photographes des siècles passés », précise-t-il, le besoin de magnifier la nature s’inscrit dans notre histoire contemporaine. Ces espaces luxuriants, laissés intacts par l’homme deviennent ici des lieux presque sacrés, intimidants dans leur splendeur intemporelle. Le reflet d’une planète autrefois abondante, devenue aujourd’hui dangereusement vulnérable.

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

Explorez
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
©Alexa Brunet / Grande commande photojournalisme
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
Du 9 mai au 3 novembre 2024, l'espace culturel dédié à l’Image et l’Environnement Zone i accueille Être là, une exposition collective de...
08 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet