Pentti Sammallahti, un travail d’orfèvre

26 novembre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Pentti Sammallahti, un travail d'orfèvre

Les photographies du finlandais Pentti Sammallahti sont exposées à la galerie Camera Obscura et à la Maison de la photographie Robert Doisneau. L’occasion de découvrir ses sublimes paysages, poétiques et silencieux.

Les photographies monochromes de Pentti Sammallahti sont au cœur de l’actualité. Deux expositions – l’une à la galerie Camera Obscura, à Paris 14e, et l’autre à la Maison de la Photographie Robert Doisneau, à Gentilly – et un livre leur sont consacrés. « Cela a commencé par une demande de Michaël Houlette, directeur de la Maison Doisneau, qui souhaitait exposer Sammallahti », se souvient Didier Brousse, à la tête de la galerie Camera Obscura. « Au même moment, j’ai rencontré Xavier Barral, qui commençait une collection de livres sur les oiseaux. Il a découvert les images de Pentti et a tout de suite été charmé. »

Les clichés exposés dans les deux lieux culturels proviennent de la collection de Didier Brousse. Si la Maison Doisneau présente un panorama de la carrière de l’artiste, les œuvres exposées à la galerie Camera Obscura sont plus récentes, et se concentrent sur un des sujets favoris de l’artiste : les oiseaux. Tirés par le photographe lui-même, les petits formats regorgent de trésors esthétiques. Paysages enneigés, mers texturées, animaux curieux… Les clichés de Pentti Sammallahti nous emportent dans un univers sublime et silencieux. Un monde onirique qui évoque la pureté et la précision des estampes japonaises.

© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura

De petits bijoux

Si le photographe vient d’Helsinki, il voyage du nord au sud pour capturer des paysages étrangers. « Ces photos sont souvent la conjonction d’un paysage et d’un petit événement qui se passe au cœur de celui-ci, précise Didier Brousse. Mais il réalise également de très belles images contemplatives ». Pentti Sammallahti ne travaille pas en thème et ne conçoit pas de séries. Pour lui, le concept est moins important que la beauté, la perfection d’un instant. « Son père était orfèvre », explique le galeriste. « Je pense qu’il veut simplement faire de belles choses. Il célèbre la beauté de ce qui l’entoure en produisant de petits bijoux de photographie. »

En Finlande, Russie, Afrique du Sud, Japon, Corée, Grèce ou encore en Inde… l’artiste capture avec virtuosité une beauté presque surnaturelle. Tirés sur des papiers mats aux légers virages or ou sépia, ses clichés sont baignés d’une lumière particulière. Un blanc travaillé, coloré qui apporte aux images une qualité picturale. Parmi ses chefs d’œuvre, une image prise en Inde en 1999 se démarque : les silhouettes d’un arbre nu et d’un vol d’oiseau aux airs d’ombre chinoise. Une création d’une troublante poésie.

© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura

© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura

© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura

© Pentti Sammallahti, courtesy Galerie Camera Obscura

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet