PEP : Immersion dans une nature rêvée

17 juin 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
PEP : Immersion dans une nature rêvée

La RATP vous propose une plongée dans un monde imaginaire et coloré. Dans le cadre de la première édition du festival Paris Expériences Photo, le réseau parisien invite 14 auteurs à partager leurs visions d’un environnement rêvé.

Mettre à l’honneur la jeune photographie d’auteur dans l’espace public, tel est l’objectif de Paris Expériences Photo (PEP) et de la RATP. Le jeune festival lance cette année sa première édition, et accroche, dans onze stations et gare du réseau parisien les œuvres de 14 photographes internationaux. Une collection d’images capturant un environnement rêvé, un monde végétal aux teintes poétiques et oniriques.

C’est en écho au geste de François Arago et Louis Daguerre, qui, en 1839, avaient fait don de la photographie au monde entier, que PEP a vu le jour. Dès le 20 juin, et jusqu’en septembre, le festival entend faire découvrir gratuitement à un large public la création photographique émergente. 45 œuvres, en grand format, coloreront, durant trois mois, les déplacements des usagers.

© Elsa Leydier© Delaney Allen

© à g. Elsa Leydier, à d. Delaney Allen

Des univers poétiques et bigarrés

Composant leurs images comme des partitions, Marguerite Bornhauser et Elsa Leydier capturent des natures fantastiques aux teintes tropicales. Dominique Teufen construit des paysages montagneux à l’aide de sa photocopieuse et érige des monts monochromes. Attiré par les couleurs pastel, Douglas Mandry, quant à lui, compose des reliefs aux dégradés imaginaires. Martin Essl déambule dans le quartier Château-Rouge, à la recherche d’ambiances rêveuses et Xuebing Du recherche la splendeur du monde dans les déserts, les plantes et les jardins. Renato D’Agostin capte les vibrations du monde dans des créations au grain presque tactile, tandis que Sandrine Elberg lève les yeux vers le cosmos et sublime les minéraux. Les notes vibrantes de Paul Rousteau et Yoshinori Mizutani révèlent tour à tour des univers poétiques et bigarrés. En façonnant des sculptures lumineuses, Delaney Allen invente une flore inconnue, et Ji Zhou transforme des objets pour modeler des espaces inexplorés. Les créations de Juliette-Andréa Elie, mêlant dessin, collage et photographie, tracent un territoire fictif et duveteux. Enfin, Octavi Serra intervient dans le réel et invente des végétaux surréalistes. À travers une quinzaine d’écritures photographiques uniques, les auteurs choisis par PEP invitent le public à s’immerger dans un univers chimérique aux couleurs apaisantes.

 

© Juliette-Andréa Elie

© Juliette-Andréa Elie

© Octavi Serra© Sandrine Elberg

© à g. Octavi Serra, à d. Sandrine Elberg

© Dominique Teufen

© Dominique Teufen

© Renato D’Agostin© Douglas Mandry

© à g. Renato D’Agostin, à d. Douglas Mandry

© Martin Essl, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

© Martin Essl, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

© Xuebing Du© Marguerite Bornhauser

© à g. Xuebing Du, à d. Marguerite Bornhauser

© Ji Zhou, courtesy of the artist and Eli Klein Gallery

© Ji Zhou, courtesy of the artist and Eli Klein Gallery

© Yoshinori Mizutani© Paul Rousteau

© à g. Yoshinori Mizutani, à d. Paul Rousteau

Image d’ouverture : © Martin Essl, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill