Phot’Aix : Regards Croisés et la force des écritures plurielles

20 décembre 2021   •  
Écrit par Ana Corderot
Phot'Aix : Regards Croisés et la force des écritures plurielles

Dans le cadre de la 21ème édition du festival Phot’Aix − évènement marquant de la culture photographique à Aix-en-Provence − l’exposition Regards Croisés met à l’honneur l’Italie. Pour l’occasion, Brigitte Manoukian et Marie Padlewski, deux membres éminentes de l’association Fontaine Obscure, en charge du festival, nous ont invités à découvrir un événement à la croisée des univers photographiques.

Depuis près de 40 ans, entre le mois d’octobre et le mois de décembre, galeries et lieux culturels de la ville d’Aix-en-Provence vibrent à l’unisson pour faire briller la photographie contemporaine. Initié par l’association et galerie Fontaine Obscure, le festival Phot’Aix est divisé en deux évènements majeurs : le parcours thématique à travers des galeries partenaires et l’exposition Regard Croisés, située au cœur de la Cité du Livre, à la Galerie Zola.

Pour cette nouvelle édition du festival, nous sommes allés à la rencontre de Brigitte Manoukian, enseignante de profession, photographe et responsable du festival, et de Marie Padlewski, architecte d’intérieur et scénographe, dans le cadre de Regards Croisés. Le concept derrière cet événement ? Inviter cinq artistes d’un pays étranger à faire communiquer leurs œuvres – sans thématique préétablie – avec les propositions photographiques de cinq artistes français. Cette année, afin de célébrer un partenariat avec l’A.F.I. (Archivio Fotografico Italiano), l’invité d’honneur était l’Italie. Et c’est à travers l’accueil chaleureux de nos deux hôtes, et leur passion communicative que nous avons découvert cette exposition aux écritures et univers multiples.

Un parcours harmonieux

Dans l’enceinte de la galerie, les œuvres des artistes italiens résonnent avec celles des français dans un effet miroir intrigant. On rencontre Virgilio Carnisio, surnommé le « Doisneau italien » , et son œuvre Le « Vieux Milan » en début d’exposition, suivi de Fabio Mantovani avec Cent habitations populaires qui s’adresse à Théo Giacometti et son Marseille poussières. Petrus de Francesca Catastini fait face à Sabar de Gabriel Dia, Alessandra Calo et sa série Les inconnues dialogue avec Mémoire et souvenirs de Marie-Anne Hauth, Le cirque Love de Stéphanie Gengotti est quant à lui aux côtés d’Avant-scène – Life is a circus de Matthieu Chazal. Enfin les Théâtres humains et histrions imaginaires de Mario Lasalandra communique avec Laure Pubert et son œuvre Je marcherai sur tes traces.

Entre photographies documentaires, humanistes et urbaines, approches plasticiennes et oniriques, les photographes de cette sélection proposent une multiplicité de points de vue qui, mis face-à-face, s’harmonisent à merveille. Ici, le choix des couleurs et la scénographie sensible et méticuleuse de Marie Padlewski donnent du sens aux projets et proposent aux visiteurs une lecture fluide. « Pour chacun des photographes c’est une façon de redécouvrir leur travail en fonction d’un autre. Ce sont des allers-retours permanents entre les artistes, les visiteurs et les photographies. Des regards multiples qui enrichissent les œuvres elles-mêmes. » confie Brigitte Manoukian. Tel un voyage fait de sauts perpétuels entre différentes écritures, Regards Croisés nous prouve, s’il le faut, qu’une œuvre évolue et diffère toujours en fonction de celui qui regarde.

 

Découvrez Regards Croisés  jusqu’au 31 décembre prochain à la Galerie Zola, Cité du Livre, 8-10 Rue Des Allumettes, 13100 – AIX-EN-PROVENCE.

 

© Matthieu Chazal© Laure Pubert

 À g. © Matthieu Chazal, à d. © Laure Pubert

© Marie-Anne Hauth© Laure Pubert

À g. © Marie-Anne Hauth, à d. © Laure Pubert

© Théo GiacomettiMarie-Anne Hauth

À g. © Théo Giacometti, à d. © Marie-Anne Hauth

Image d’ouverture : © Marie-Anne Hauth

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill