PhotoEspaña 2022 : passé, présent et futur

17 juin 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
PhotoEspaña 2022 : passé, présent et futur

La 25e édition du festival PhotoEspaña a ouvert ses portes début juin. Partout dans Madrid, les lieux d’exposition font la part belle à la photographie documentaire, à l’histoire, mais aussi aux enjeux sociopolitiques présents et futurs. Un parcours intense à découvrir avant le 28 août !

Le 1er juin dernier, le festival PhotoEspaña a célébré l’ouverture de son édition 2022 – et son 25e anniversaire. Pour l’occasion, le festival madrilène présente 120 expositions, présentant les œuvres de 442 photographes et artistes visuels. Au cœur de l’événement ? « Les femmes et l’histoire de la photographie, deux thèmes que nous mettons en valeur depuis quelques années », commente Claude Bussac, directrice du festival, avant de poursuivre : « cette année, les commissaires d’exposition invités, Vicent Todolí et Sandra Guimarães, ont mis l’accent sur la photographie documentaire, à travers plusieurs accrochages, intitulés Sculpting Reality ». Partout dans la capitale espagnole apparaît donc le 8e art. Des plus grands noms aux auteurs émergents, des récits historiques aux nouvelles écritures, le festival investit de nombreux lieux, et nous invite à (re)découvrir les images qui ont marqué, et qui continuent de marquer notre monde. Et pour célébrer son anniversaire, il investit même deux nouveaux lieux prestigieux : « le Panthéon et le Palais Royal », se réjouit Claude Bussac.

Vista del Monasterio de Montserrat, Conde de Vernay© Sebastião Salgado

© à g. Vue du Monastère de Montserrat, Conde de Vernay, à d. Sebastião Salgado

Une collection emblématique

Cette année, l’écriture documentaire est mise à l’honneur. Exposition vedette, Sculpting Reality prend place dans trois lieux différents (Círcula de Bellas Artes, Casa de América et Espacio Fundación Telefónica) et entend explorer les évolutions du style à travers les époques et les continents. Un événement ambitieux, regroupant une collection des plus emblématiques. Parmi les artistes accrochés ? Walker Evans, Lee Friedlander, Helen Levitt, Robert Frank, Joel Meyerowitz, David Goldblatt, Susan Meiselas, Luigi Ghirri ou encore Paul Graham. Un véritable condensé de stars permettant au public de saisir les nombreuses nuances d’une esthétique empruntant à la force narrative du photojournalisme, comme à la poésie de l’art. Tout aussi impressionnant, le dialogue entre l’œuvre de Sebastião Salgado et les fonds de la collection royale, au Palacio Real de Madrid est un pari réussi. Une manière inattendue de croiser les ères et la vision des paysages. Sublimées par le décor somptueux du palais, les images hantent les esprits, et convoquent, en contrepoint, l’urgence écologique à laquelle nous faisons face.

À travers Field of Images, la commissaire d’exposition María Willis retrace quant à elle soixante ans de la carrière de Paolo Gasparini – un périple en Amérique latine, de Caracas à Mexico, en passant par La Havane et São Paulo. Mêlant monochromes et couleurs brutes, moments de grâce et contrastes poignants, le photographe parvient à peindre un portrait nuancé des tensions culturelles et des contradictions qui animent le continent. Au cœur de la dernière salle d’exposition – dans la Fondation Mapfre – les nuances se mélangent, et les résonances entre les images forment une osmose splendide. Répétitions, nuances chaudes, noir et blanc graphiques viennent donner du sens à un chaos qu’on se plaît à décortiquer. Une scénographie très réussie. À l’étage, place à Carlos Pérez Siquier, dont l’œuvre impressionne par sa diversité. Du documentaire classique à l’abstraction plasticienne, du portrait humoristique évoquant les compositions de Martin Parr aux études insolites de son environnement, le photographe espagnol brille par son imagination. Véritable rétrospective, l’exposition met l’accent sur les transitions, les contradictions qui habitent son travail avec une irrévérence des plus charmantes. Imposante, la 25e édition de PhotoEspaña propose un défilé de célébrités. Une virée marquante dans l’histoire photographique internationale.

© Carlos Pérez Siquier / VEGAP Madrid 2022© Carlos Pérez Siquier / VEGAP Madrid 2022

© Carlos Pérez Siquier / VEGAP Madrid 2022

Entre préoccupations présentes et futures

Mais si le festival donne à voir une création classique, indémodable, il parvient également à donner une voix aux jeunes auteurs. À la Casa Arabe, le collectif Libanais 1200 présente les œuvres de douze artistes. Une réunion de jeunes photographes devenue nécessaire suite aux nombreuses catastrophes subies par leur pays d’origine – notamment depuis l’explosion du port de Beyrouth en 2019. Sur les murs du lieu culturel, chaque série a sa place, pourtant, çà et là, des clichés individuels viennent dialoguer avec ceux de leurs collègues. Une redondance volontaire, perçue par les membres du collectif comme une allégorie de leur frustration, de leur douleur. Une impression de « tourner en rond » face aux complications qui ne cessent de survenir. Alors, ensemble, ils se soutiennent, ils se hissent à nouveau vers le haut. Complexe et torturée, In Light or Shadow of What Was and Still Is se lit comme une complainte nouvelle, un besoin de partager au monde un état d’esprit global. Une bouffée d’air frais dans une programmation davantage tournée vers le passé.

Fruit d’un appel à candidatures organisé par Futures, une plateforme européenne créée en 2018, l’exposition Hybrids, enfin, voit au-delà du présent, vers un avenir protéiforme aux conclusions incertaines. Conçu par la curatrice Marina Paulenka, l’événement croise les œuvres d’Emily Graham, Eva Kreuger, Marta Bogdanska, Jean-Vincent Simonet ou encore Maija Savolainen. Quelle est la place de l’art dans la forme que prendront nos existences ? Et à quoi ressemblera notre monde ? Crise sanitaire, conflits internationaux, réchauffement climatique… En mêlant arts visuels et technologie, photographie et vidéo, sculpture et performance, les artistes présents imaginent des « nouvelles réalités comme des contre-narrations ». Une série de témoignages aux frontières du conceptuel venant déconstruire une planète dont l’existence ne cesse d’être mise à mal. Une plongée dans la photographie contemporaine installée dans les magnifiques locaux de CentroCentro. Entre préoccupations présentes et futures, PhotoEspaña parvient, à travers ces deux expositions, à encourager la création émergente, tout en affirmant le rôle de « sonneur d’alerte » du médium photographique. Un parcours à explorer jusqu’au 28 août.

© Marta Bogdanska© Maia Savolainen

© à g. Marta Bogdanska, à d. Maia Savolainen

© Manu Ferneini© Myriam Boulos

© à g. Manu Ferneini, à d. Myriam Boulos

© Javier Campano

© Javier Campano

© Alberto García-Alix© Juan Baraja

© à g. Alberto García-Alix, à d. Juan Baraja

Kati Horna / Archivo Fotografico de las Oficinas de Propaganda Exterior de la CNT-FAI, IISG Amsterdam© Francesc Català Roca

© à g. Kati Horna / Archivo Fotografico de las Oficinas de Propaganda Exterior de la CNT-FAI, IISG Amsterdam, à d. Francesc Català Roca

© Paolo Gasparini / Colecciones Fundación MAPFRE

© Paolo Gasparini / Colecciones Fundación MAPFRE

Image d’ouverture : © Carlos Pérez Siquier / VEGAP Madrid 2022

Explorez
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Odette England : armes de proies
© Odette England
Odette England : armes de proies
Dans Woman Wearing Ring Shields Face From Flash, Odette England met en lumière le parallèle existant entre photographie et armes à feu....
18 juillet 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger