#Photographe confiné(e) : Alban Gernigon

23 mai 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
#Photographe confiné(e) : Alban Gernigon

Fisheye continue à vous donner la parole après le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). Alban Gernigon propose avec Insolation un portrait fiévreux de la ville de Lille.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

J’ai 43 ans et je vis en métropole lilloise. Je pratique le 8e art depuis une quinzaine d’années, j’ai commencé par la photo argentique, que je pratique toujours d’ailleurs. Elle m’a donné un certain nombre de réflexes qui me guident encore aujourd’hui. Quand je propose une photo, j’aime qu’elle provoque une émotion chez celui qui la regarde.

Comment as-tu vécu ton confinement ? 

Une fois passée l’instant de stupeur, j’ai trouvé cette période très enrichissante d’un point de vue personnel et artistique. Dans les Hauts-de-France, nous sommes encore en « zone rouge », donc même si nous sommes aujourd’hui déconfinés, il n’en reste pas moins que nous restons très prudents pour la plupart d’entre nous.

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette période étrange ? 

En tant que photographe, cette période de confinement a d’abord été l’occasion de trier mes clichés. J’en ai également profité pour aborder certains de mes thèmes favoris avec un nouveau regard et à affirmer un certain parti pris artistique dans le développement de mes images.

Un lieu public vide de toute présence humaine est un thème qui revient fréquemment dans mon travail. Alors, quand le confinement est arrivé, je me suis rendu naturellement dans ma ville – Lille – que je connais très bien et qu’on a rarement vu vide de jour. Le dimanche de Pâques, sous un soleil écrasant, dans une ville déserte, je me suis lancé. Tout le monde connaît Lille bondée au moment de la braderie, je voulais la voir et la montrer désertique. Le nom de la série Insolation illustre justement ce sentiment de fièvre vécu dans le pays, comme dans la ville au moment des photos.

Un ou une photographe avec qui tu aurais adoré être confiné ?

Un seul, c’est impossible de choisir ! En tant normal j’aurais probablement dit Ed Templeton, dont j’adore le travail depuis des années et qui a réussi à appliquer une approche « skate & Rock’n Roll » à sa démarche photographique. Mais, en ce moment, je pense à Jason Lee, également issu de cette même culture des années 90. J’aime beaucoup sa manière de nous montrer son pays. Et en plus, il pourrait me donner des conseils en skate !

Quel est ton mantra favori, histoire de rester optimiste ? 

« De la contrainte naît la créativité  ! »

Un dernier mot ?

J’espère que vous êtes tous déconfinés aujourd’hui ! Mais, si nous devions être reconfinés : restez chez vous.

 

© Alban Gernigon © Alban Gernigon

© Alban Gernigon

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot