Portraits de l’Ohio

08 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Portraits de l'Ohio

Photographe indépendant, Matt Eich voit le huitième art comme un moyen de créer des relations. Son long projet Carry Me Ohio l’emmène à la rencontre des habitants, vivant dans la pauvreté ou l’addiction. Un portrait poignant de l’Amérique rurale.

Matt Eich découvre l’Ohio en 2004, alors qu’il est encore étudiant. Saisit par les personnalités qui animent cet État américain, il commence alors à documenter les communautés rurales qui l’entourent. La préface de Carry Me Ohio s’écrit alors, comme un kaléidoscope de rencontres humaines, où souffrance et espoir se mêlent. Le début d’un projet qui durera dix ans. « C’est grâce à mon appareil, et à mon envie de passer beaucoup de temps avec eux que j’ai appris à les connaître », explique Matt. « J’aime travailler de cette façon, sur le long terme, et sans aucun jugement ». Sur son chemin, on découvre la pauvreté, la drogue et la perte d’être chers. Il photographie aussi sa femme enceinte et ses amis. Ses modèles semblent lancer un appel à l’aide silencieux au reste du monde.

Portraits d’une Amérique en déclin

« Ce que je voulais montrer, au départ, c’était les effets de la pauvreté rurale sur la jeunesse d’ici. Et puis, j’ai élargi mon travail autour de thèmes plus universels, comme la douleur, l’amour et l’attente… » À travers les clichés de Matt Eich, c’est finalement un récit intemporel qui émerge, porté par les voix de communautés en souffrance, qui demeurent muettes face au reste du pays. « Une grande partie de la série a été réalisée pendant la récession. C’était un moment difficile pour les gens en Ohio », explique le photographe. En effet, beaucoup de ses modèles ont connu des jours sombres, arrêtés pour possession ou consommation de drogues diverses. Carry Me Ohio défend un travail de mémoire que le pays semble mépriser. « L’Amérique aime tellement « être la meilleure » qu’elle ignore les souffrances qui ont lieu sur son propre territoire », déclare Matt. Sa vision invite à la réflexion. Ses portraits, d’une grande délicatesse, révèlent la douleur tout en distillant l’espoir. Un espoir qui semble idéaliste pour l’artiste, qui conclut simplement « j’y vois un pays sur le point de s’effondrer ».

© Matt Eich "Carry Me Ohio"

© Matt Eich "Carry Me Ohio"
© Matt Eich “Carry Me Ohio”
© Matt Eich "Carry Me Ohio"
© Matt Eich “Carry Me Ohio”

© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"

© Matt Eich

Explorez
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise...
08 avril 2024   •  
Le sport à l'honneur de la nouvelle édition du festival l'Œil urbain !
Le siège de la Compagnie nationale d'assurance à Mossoul par l'architecte Irakien Rifat Chadirji. 2018 © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l'Œil urbain
Le sport à l’honneur de la nouvelle édition du festival l’Œil urbain !
Du 6 avril au 11 mai prochain à Corbeil-Essonnes, l’Œil urbain revient pour une 12e édition. Fidèle à sa ligne éditoriale accordant une...
05 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas