Portraits de l’Ohio

08 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Portraits de l'Ohio

Photographe indépendant, Matt Eich voit le huitième art comme un moyen de créer des relations. Son long projet Carry Me Ohio l’emmène à la rencontre des habitants, vivant dans la pauvreté ou l’addiction. Un portrait poignant de l’Amérique rurale.

Matt Eich découvre l’Ohio en 2004, alors qu’il est encore étudiant. Saisit par les personnalités qui animent cet État américain, il commence alors à documenter les communautés rurales qui l’entourent. La préface de Carry Me Ohio s’écrit alors, comme un kaléidoscope de rencontres humaines, où souffrance et espoir se mêlent. Le début d’un projet qui durera dix ans. « C’est grâce à mon appareil, et à mon envie de passer beaucoup de temps avec eux que j’ai appris à les connaître », explique Matt. « J’aime travailler de cette façon, sur le long terme, et sans aucun jugement ». Sur son chemin, on découvre la pauvreté, la drogue et la perte d’être chers. Il photographie aussi sa femme enceinte et ses amis. Ses modèles semblent lancer un appel à l’aide silencieux au reste du monde.

Portraits d’une Amérique en déclin

« Ce que je voulais montrer, au départ, c’était les effets de la pauvreté rurale sur la jeunesse d’ici. Et puis, j’ai élargi mon travail autour de thèmes plus universels, comme la douleur, l’amour et l’attente… » À travers les clichés de Matt Eich, c’est finalement un récit intemporel qui émerge, porté par les voix de communautés en souffrance, qui demeurent muettes face au reste du pays. « Une grande partie de la série a été réalisée pendant la récession. C’était un moment difficile pour les gens en Ohio », explique le photographe. En effet, beaucoup de ses modèles ont connu des jours sombres, arrêtés pour possession ou consommation de drogues diverses. Carry Me Ohio défend un travail de mémoire que le pays semble mépriser. « L’Amérique aime tellement « être la meilleure » qu’elle ignore les souffrances qui ont lieu sur son propre territoire », déclare Matt. Sa vision invite à la réflexion. Ses portraits, d’une grande délicatesse, révèlent la douleur tout en distillant l’espoir. Un espoir qui semble idéaliste pour l’artiste, qui conclut simplement « j’y vois un pays sur le point de s’effondrer ».

© Matt Eich "Carry Me Ohio"

© Matt Eich "Carry Me Ohio"
© Matt Eich “Carry Me Ohio”
© Matt Eich "Carry Me Ohio"
© Matt Eich “Carry Me Ohio”

© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"© Matt Eich "Carry Me Ohio"

© Matt Eich

Explorez
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas