Rafael Yaghobzadeh raconte l’Ukraine

19 mars 2015   •  
Écrit par Eric Karsenty
Rafael Yaghobzadeh raconte l'Ukraine
C’est un jeune photographe au parcours déjà hors du commun. Rafael Yaghobzadeh nous livre ici des images saisissantes de la crise meurtrière qui sévit dans l’est de l’Ukraine, où il s’est rendu en février 2015. Son portrait est à retrouver en intégralité dans notre dernier numéro.

En février dernier, Rafael Yaghobzadeh s’est rendu en Ukraine. Il a d’abord passé quelques jours à Kiev pour se “remettre dans le bain” puis il s’est rendu dans les zones militarisées de l’est du territoire. Car il a une histoire avec ce pays plongé dans un conflit sans précédent, depuis l’hiver 2013-2014.

“Cette fois-ci en février, j’y suis allé sans commande, je suis resté quelques jours à Kiev. Pour revoir quelques amis journalistes, reprendre contact avec des connaissances locales et préparer un voyage dans l’est.”

Voici les images avec lesquelles il est revenu, prises entre le 19 et le 26 février 2015.

Je suis arrivé dans la ville de Kramatorsk (occupée par l’armée ukrainienne) où j’ai commencé à travailler sur les réfugiés et la population. Le lendemain l’armée ukrainienne s’est retirée de la ville de Debalstevo, assiégée par les séparatistes. J’ai décidé de rester côté ukrainien pour travailler sur l’armée et les soldats volontaires, notamment dans leurs bases ou sur les lignes de front.

Masha, réfugiée de la ville d'Horlovka, dans le centre pour réfugiés de la ville de Kramatorsk. Elle est enceinte de 9 mois. Photo prise le 17 février 2015 / ©Rafael Yaghobzadeh
Masha, réfugiée de la ville d’Horlovka, dans le centre pour réfugiés de la ville de Kramatorsk. Elle est enceinte de 9 mois. Photo prise le 17 février 2015 / ©Rafael Yaghobzadeh
Destructions dans le village de Mironovka, à quelques kilomètres de Debalsteve et de la ligne de front, le 24 février 2015 / ©Rafael Yaghobzadeh
Destructions dans le village de Mironovka, à quelques kilomètres de Debalsteve et de la ligne de front, le 24 février 2015 / ©Rafael Yaghobzadeh

Rafael suit le conflit ukrainien depuis près un peu plus d’un an maintenant. Il était à Maïdan, la place de l’indépendance de Kiev, lors de la répression sanglante de février 2014.

“J’y suis allé la première fois par choix personnel, sans commande. Je voulais découvrir Maïdan, pour suivre le mouvement, voir jusqu’où ça irait et comment ça se finirait.”

Le mois suivant, il couvre le référendum de Crimée pour Paris Match. Entre mai et juin, il est encore présent à Odessa – ville portuaire de l’Ukraine, où des affrontements font une quarantaine de victimes – et dans le Donbass, territoire séparatiste particulièrement instable, pour le compte de L’Obs.

“La France leur évoque Napoléon et Louis de Funès”

Les photographies de Rafael nous racontent le climat qui règne dans le pays. Elles nous racontent aussi “les gens” et les rapports qu’il a tissé avec eux.

Les Ukrainiens, tout comme les Russes, aiment bien les Français. Notre pays leur évoque Napoléon, Louis de Funès, Pierre Richard ou le Beaujolais… Globalement les Ukrainiens sont très accueillants. Ils te laissent photographier autant que tu veux – sauf dans les zones interdites. Ils ont conscience de leur image et souhaitent bien sûr protéger certaines informations.

 

Rafael n’en n’a pas fini avec l’Ukraine. Ce ne sera pas la dernière histoire qu’il aura à raconter de ce pays.

En savoir plus

Exposition des clichés de Rafael Yagobzadeh au Centre d’animation de Montgallet (Paris, XII) jusqu’au 28 mars. Entrée libre.
4 passage Stinville – métro Montgallet (ligne 8)

> Illustration : portrait de Rafael Yaghobzadeh par ©Stéphane Lavoué

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •