Sabine Weiss au cœur du hors-série Fisheye en collaboration avec Women In Motion

06 novembre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Sabine Weiss au cœur du hors-série Fisheye en collaboration avec Women In Motion

Main dans la main avec Women In Motion, programme lancé par Kering, Fisheye publie son troisième hors-série dédié à Sabine Weiss récompensée en 2020 par le Prix Women In Motion. Accompagné de témoignages inédits, cet opus rend un hommage appuyé à la photographe suisse, dont la vie et le parcours épatant influencèrent toute une génération d’artistes.

« Je photographiais toujours des choses assez étranges qu’il fallait solutionner (…) Des gens de la rue, de toutes catégories, je voulais témoigner les diversités »

, nous confiait Sabine Weiss dans son salon lors d’un entretien en 2020 pour Elles x Paris Photo. La même année, Kering, à travers son Prix Women In Motion célébrait une dernière fois l’artiste, disparue le 28 décembre 2021. Aujourd’hui, nous lui consacrons chez Fisheye un numéro spécial. Après Liz Johnson Artur et Babette Mangolte – également lauréates du Prix Women In Motion – ce dernier numéro vient compléter la liste de hors-séries.

Née à Weber en Suisse en 1924, Sabine Weiss s’intéresse dès ses onze ans au 8e art. Après un apprentissage à Genève chez Paul Boissonnas, elle part s’installer à Paris et devient l’assistante de Willy Maywald. Quatre ans plus tard, en 1950, elle épouse le peintre américain Hugh Weiss et entame sa carrière de photographe indépendante. En 1955, trois de ses images sont sélectionnées pour l’exposition Family of Man au MoMA de New York, ce qui marque alors le début de son parcours éclatant. Photographies de mode, de rues ou documentaire… La diversité d’approches caractérise le travail de Sabine Weiss. Désireuse de capter avant tout l’essence des êtres dans leur environnement, elle n’aura eu de cesse de s’aventurer, toujours avec tendresse, dans les confins de ce qui nous rend tous·tes humain·e·s.

© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

Élargir les perspectives

 « On croyait connaitre Sabine Weiss, bercé·es par ses images d’enfants et de marginaux glanées au gré de ses voyages, autant de personnes photographiées avec tendresse et empathie. On l’a trop vite cataloguée dans la photographie humaniste, une case étriquée au regard d’un parcours qui mérite un élargissement de la perspective. »

Tels sont les mots qui ornent le début de la préface signée par Benoit Baume, directeur des rédactions chez Fisheye et Éric Karsenty, rédacteur en chef. De ses balbutiements photographiques à ses couvertures pour Vogue, l’opus, ponctué de témoignages et de rappels historiques et chiffrés, se fait le témoin d’une carrière épatante.

Comme pour parfaire cette rétrospective éditée, Kering renouvelle son soutien au parcours Elles X Paris Photo, – présenté du 10 au 14 novembre prochains au Grand Palais Ephémère – et propose une sélection de soixante-dix-sept œuvres de Sabine Weiss, curatées par la commissaire Federica Chiocchetti. L’occasion de se procurer l’un des hors-séries, mais également de découvrir le 10 novembre l’avant-première du film Le siècle de Sabine Weiss. Un documentaire inédit consacré à la photographe, réalisé par Camille Ménager et produit par Brotherfilms, qui sera programmé sur France 5 début 2023. Autant de façons de célébrer une femme qui a compté pour l’histoire de la photographie et dont les mots résonnent encore aujourd’hui : « Photographiez tout de suite tout ce qui vous entoure ! Votre maison, les gens que vous aimez naturellement, vos environs (…) Si vous vivez longtemps, ce sera des témoignages incroyables (…) »

© Sabine Weiss

Amoureux Jardin des Tuileries, Paris, 1985 © Sabine Weiss

© Sabine Weiss© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

Saintes-Maries-de-la-Mer, 1960 © Sabine Weiss

© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

Image d’ouverture © Sabine Weiss

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina