Selfies anonymes

27 mars 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Selfies anonymes

Sujets insolites ou tendance, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Gerwyn Davies, photographe australien, repousse les limites de l’autoportrait en prenant l’apparence de divers créatures, mi-homme, mi-objet.

Établi à Sydney, Gerwyn Davies perçoit la photographie comme une performance. Étudiant en doctorat, l’auteur rédige actuellement une thèse sur l’histoire et les stratégies de dissimulation dans l’autoportrait en photographie. Un sujet qui inspire ses propres séries. « Selon moi, le 8e art peut être utilisé comme un outil narratif, générateur de fiction », explique le photographe, qui définit son approche comme « très artificielle, mise en scène, et déformant la réalité. »

Alien, Idols, Sunny Boys, Beast… Si les noms des projets de Gerwyn Davies diffèrent, son concept reste le même: réinventer l’autoportrait en se transformant devant l’objectif. « Je construis moi-même mes costumes, avec l’intention de dissimuler mon corps, et je pose dans différents endroits : en studio, dans des lieux publics, ou même dans des univers numériques, construits en post-production », précise-t-il. Ses créations chimériques entre homme et objet déambulent dans un univers brillant, coloré et résolument artificiel.

Jouer avec le concept de l’autoportrait

« L’autoportrait est un art très prolifique, de nos jours. Les gens réalisent tous des performances, devant leur objectif, ou pour une public sur Instagram. Ce qui m’intéresse, c’est d’aller plus loin, trouver les limites de ce concept grâce à l’art visuel »

, confie le photographe. Ses costumes, aussi étranges qu’inconfortables, dictent les poses de l’auteur et, par conséquent, donnent naissance à ces personnages étranges. Si les matières utilisées attirent l’œil et captivent le regardeur, l’être humain, derrière la mise en scène, demeure inaccessible. « J’invite le public à pénétrer mon décor, tout en lui refusant le droit de me connaître, puisque mon visage reste invisible », explique Gerwyn Davies. En gardant l’anonymat, l’artiste joue avec le concept même de l’autoportrait. « Je suis bien l’auteur de mon image, je pose devant mon appareil, et pourtant, je ne révèle rien de ma propre identité… Et n’est-ce pas le but d’un tel portrait ? » interroge-t-il. Un travail singulier, mettant en perspective les nombreux #selfies saturant les réseaux sociaux.

© Gerwyn Davies© Gerwyn Davies
© Gerwyn Davies© Gerwyn Davies

© Gerwyn Davies

© Gerwyn Davies© Gerwyn Davies
© Gerwyn Davies© Gerwyn Davies

© Gerwyn Davies

© Gerwyn Davies

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet