Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite

Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite
Passionnée par les choses anciennes, Sophia Bil élabore des compositions contemporaines qui réveillent en nous des souvenirs d’enfance. Nimbées de soleil, ses photographies font la part belle à un âge d’or qui, dans les cœurs, résiste encore et toujours à l’épreuve du temps.

À mesure que les beaux jours s’installent, les envies de vacances se font sentir. Dans les rues, les étals des marchés se gorgent de parfums et de soleil. Les brocantes, de plus en plus nombreuses, donnent à voir une profusion d’objets étonnants qui ne demandent qu’à renaître dans de nouveaux intérieurs. La météo clémente nous invite à ôter nos blousons de cuir pour laisser nos bras nus se délecter des rayons de l’astre caressant. Quand ce dernier se montre trop imposant, il nous pousse à venir nous prélasser dans l’herbe fraîche, à rejoindre la nature ombragée à l’occasion d’un déjeuner ou d’une escapade prolongée. Immeubles et quartiers pavillonnaires se vident alors tandis que les espaces de villégiature se remplissent de leurs habitants de passages. La saison chaude se présente comme une ode à prendre le temps de profiter des bonheurs simples de l’existence, en témoignent les images de Sophia Bil.

À seulement 24 ans, l’artiste autodidacte se distingue par son approche de la street photography. L’essentiel de ses compositions spontanées incorpore des éléments venus d’un temps révolu, qui ne subsiste que dans les photographies et la mémoire évanescente. « Je ne peux pas le nier, j’adore le vintage ! J’ai toujours eu un pied dedans. Ma mère m’a donné le goût de chiner en brocante et d’acheter en seconde main dès mon plus jeune âge. Étudier en école de modélisme, où l’on apprend l’histoire de la mode et tout l’univers autour de chaque décennie, a dû me forger un réel attachement à ce que l’être humain a pu créer auparavant. Tout ce que l’on fait de nos jours est assez plat… Tout le monde a les mêmes vêtements, la même décoration ou la même maison que son voisin ! Autrefois, tout était plus diversifié », déplore Sophia Bil.

© Sophia Bil

La richesse de la simplicité

« C’est peut-être parce que je n’ai pas vécu dans ces belles années que j’essaie de transmettre leur charme que je perçois à travers ces objets », explique notre interlocutrice. À l’image, les réminiscences d’hier et d’aujourd’hui se distillent finalement dans la joie d’être là, dans une insouciance qui dissipe les tracas. « Il y a plusieurs aspects du souvenir à mes yeux, poursuit-elle. Il y a celui qui consiste à immortaliser un ou une proche, à garder le cliché, qu’il soit réussi ou non, et à se remémorer, quelques années plus tard, les instants passés. Ils finissent toujours par s’intensifier, car ils nous paraissent lointains. Lorsque l’on capture des objets ou des maisons appartenant à une autre époque, cela se rattache nécessairement à des moments. J’aime jouer de cette touche rétro. Si elle éveille un souvenir, alors je sais que ce que je voulais transmettre a été compris. »

Animée par une envie de saisir des moments de vie dans toute la richesse de leur simplicité, Sophia Bil souhaiterait poursuivre sur cette lancée. « Pour cette année 2023, j’aimerais vendre quelques-uns de mes travaux. Ça peut paraître un peu cliché mais, pour moi, ce serait vraiment un début en tant que photographe, donc j’espère de tout cœur réaliser ce projet. Si tout va bien je devrais repartir en voyage d’ici quelques mois pour créer encore plus d’images », assure-t-elle.

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil

Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet