Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite

Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite
Passionnée par les choses anciennes, Sophia Bil élabore des compositions contemporaines qui réveillent en nous des souvenirs d’enfance. Nimbées de soleil, ses photographies font la part belle à un âge d’or qui, dans les cœurs, résiste encore et toujours à l’épreuve du temps.

À mesure que les beaux jours s’installent, les envies de vacances se font sentir. Dans les rues, les étals des marchés se gorgent de parfums et de soleil. Les brocantes, de plus en plus nombreuses, donnent à voir une profusion d’objets étonnants qui ne demandent qu’à renaître dans de nouveaux intérieurs. La météo clémente nous invite à ôter nos blousons de cuir pour laisser nos bras nus se délecter des rayons de l’astre caressant. Quand ce dernier se montre trop imposant, il nous pousse à venir nous prélasser dans l’herbe fraîche, à rejoindre la nature ombragée à l’occasion d’un déjeuner ou d’une escapade prolongée. Immeubles et quartiers pavillonnaires se vident alors tandis que les espaces de villégiature se remplissent de leurs habitants de passages. La saison chaude se présente comme une ode à prendre le temps de profiter des bonheurs simples de l’existence, en témoignent les images de Sophia Bil.

À seulement 24 ans, l’artiste autodidacte se distingue par son approche de la street photography. L’essentiel de ses compositions spontanées incorpore des éléments venus d’un temps révolu, qui ne subsiste que dans les photographies et la mémoire évanescente. « Je ne peux pas le nier, j’adore le vintage ! J’ai toujours eu un pied dedans. Ma mère m’a donné le goût de chiner en brocante et d’acheter en seconde main dès mon plus jeune âge. Étudier en école de modélisme, où l’on apprend l’histoire de la mode et tout l’univers autour de chaque décennie, a dû me forger un réel attachement à ce que l’être humain a pu créer auparavant. Tout ce que l’on fait de nos jours est assez plat… Tout le monde a les mêmes vêtements, la même décoration ou la même maison que son voisin ! Autrefois, tout était plus diversifié », déplore Sophia Bil.

© Sophia Bil

La richesse de la simplicité

« C’est peut-être parce que je n’ai pas vécu dans ces belles années que j’essaie de transmettre leur charme que je perçois à travers ces objets », explique notre interlocutrice. À l’image, les réminiscences d’hier et d’aujourd’hui se distillent finalement dans la joie d’être là, dans une insouciance qui dissipe les tracas. « Il y a plusieurs aspects du souvenir à mes yeux, poursuit-elle. Il y a celui qui consiste à immortaliser un ou une proche, à garder le cliché, qu’il soit réussi ou non, et à se remémorer, quelques années plus tard, les instants passés. Ils finissent toujours par s’intensifier, car ils nous paraissent lointains. Lorsque l’on capture des objets ou des maisons appartenant à une autre époque, cela se rattache nécessairement à des moments. J’aime jouer de cette touche rétro. Si elle éveille un souvenir, alors je sais que ce que je voulais transmettre a été compris. »

Animée par une envie de saisir des moments de vie dans toute la richesse de leur simplicité, Sophia Bil souhaiterait poursuivre sur cette lancée. « Pour cette année 2023, j’aimerais vendre quelques-uns de mes travaux. Ça peut paraître un peu cliché mais, pour moi, ce serait vraiment un début en tant que photographe, donc j’espère de tout cœur réaliser ce projet. Si tout va bien je devrais repartir en voyage d’ici quelques mois pour créer encore plus d’images », assure-t-elle.

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil© Sophia Bil

© Sophia Bil

© Sophia Bil

Explorez
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Petite restauration servie au bar Corail, 1985. © Fonds de dotation Orient Express
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Historien des chemins de fer et spécialiste du patrimoine ferroviaire et industriel, Arthur Mettetal présente Wagon-bar aux Rencontres...
03 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet